Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / A la Une / Dijon: un automobiliste fonce sur des passants au cri d'"Allahou Akbar", 11 blessés

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Dijon: un automobiliste fonce sur des passants au cri d'"Allahou Akbar", 11 blessés

Paris (AFP) Dimanche 21 Décembre 2014

Un automobiliste, probablement déséquilibré, fonce sur des passants en criant "Allahou Akbar", faisant onze blessés dont deux graves à Dijon (AFP/Archives-Philippe Huguen)

Un automobiliste, probablement déséquilibré, a "délibérément" blessé onze passants dimanche à Dijon au cri d'"Allahou Akbar", au lendemain d'une attaque contre des policiers d'Indre-et-Loire également par un homme criant "Dieu est le plus grand" en arabe.

"L'homme, né en 1974, présente le profil d'un déséquilibré et serait suivi en hôpital psychiatrique" mais ses revendications "semblent encore floues", a déclaré à l'AFP une source proche de l'enquête.

Ce quadragénaire connu de la police pour des faits de droit commun remontant aux années 1990 a été interpellé au terme d'une course-poursuite au volant d'une Clio et placé en garde à vue, ont précisé des sources policières.

"Vers 20 heures, à Dijon, un véhicule a délibérément percuté des passants, en plusieurs endroits de la ville", a détaillé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. La scène a duré près d'une demi-heure. "Neuf personnes ont été légèrement blessées et deux autres sérieusement mais leur pronostic vital ne semble pas engagé", selon une source policière.

Le Premier ministre Manuel Valls a exprimé sa "solidarité à l'égard des victimes" et son "soutien aux familles".

Seules les investigations de la justice "pourront déterminer les motivations exactes de cet acte", a estimé la place Beauvau, précisant que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se rendrait lundi à Dijon.

Le Premier ministre Manuel Valls à Dijon le 15 décembre 2014 (AFP/Archives-Philippe Desmazes)

Selon les témoignages recueillis par la police, l'homme, vêtu d'une djellaba, "a crié +Allahou Akbar+ et a dit avoir agi pour les enfants de Palestine".

C'est au même cri d'"Allahou Akbar" qu'un jeune d'une vingtaine d'années a attaqué samedi au couteau des policiers du commissariat de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire, blessant trois d'entre eux avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

- 'Radicalisation' -

Ce Français né au Burundi et converti à l'islam, Bertrand Nzohabonayo, "n'était pas connu autrement que pour des faits de délinquance", a déclaré Bernard Cazeneuve, tandis que son frère était fiché pour ses positions radicales et pour avoir, un temps, envisagé de partir en Syrie.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur l'attaque du commissariat, qui s'oriente vers l'islamisme radical.

Il y a "quelques jours", l'agresseur de Joué-lès-Tours avait en effet "manifesté sa radicalisation", en affichant sur son compte Facebook "un drapeau" du groupe jihadiste Etat islamique (EI) actif en Syrie et en Irak, selon le ministre.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Joué-lès-Tours le 20 décembre 2014 (AFP-Guillaume Souvant)

L'EI encourage les candidats au jihad à lancer des attaques contre les "infidèles", militaires, policiers ou même civils. Ces appels sont régulièrement relayés par des vidéos de propagande sur des sites jihadistes, la dernière ayant été diffusée cette semaine. La France avait été nommément citée comme cible par l'organisation jihadiste après le début des frappes françaises en Irak.

Dans un communiqué, l'Union des mosquées de France (UMF) a condamné cette agression contre la police, "un des symboles de notre pays", appelant "les jeunes Français à ne pas se tromper d'ennemi et de combat".

Le risque d'attentats islamistes commis en France, notamment par des jihadistes de retour de Syrie ou des individus isolés autoradicalisés, est pris très au sérieux par les services français.

Depuis l'été 2013, cinq "projets d'actions terroristes" jihadistes ont été déjoués en France, selon le gouvernement. Alors que plus de 1.200 Français ou personnes résidant en France sont impliquées dans les filières jihadistes vers la Syrie ou l'Irak, un chiffre qui "a doublé depuis le début de l'année", les autorités craignent notamment que certains, à leur retour, ne déclenchent des opérations. A l'instar du Français Mehdi Nemmouche, soupçonné d'avoir perpétré la tuerie du Musée juif de Bruxelles qui avait fait quatre morts fin mai.

En mars 2012, l'islamiste radical de 23 ans Mohamed Merah avait tué sept personnes dont trois enfants dans la région de Toulouse en se réclamant du jihad, avant d'être abattu dans son appartement. Un an plus tard, fin mai 2013, un Français de 22 ans converti à l'islam et radicalisé avait blessé à la gorge un militaire dans le quartier d'affaires de la Défense, près de Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.