Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / A la Une / Elections départementales: second tour - EN DIRECT

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Elections départementales: second tour - EN DIRECT

Paris (AFP) Dimanche 29 Mars 2015

21:06 - Dans le Var, le FN perd face à un binôme UMP-UDI dans le canton du Luc, une des trois villes du département (avec Fréjus et Cogolin) qu’il dirige depuis 2014, rapporte le journaliste de l'AFP, Martin de Montvalon.

21:03 - La jeune députée FN Marion Maréchal Le Pen annonce que le Vaucluse ne bascule pas vers le FN, et fait part à ses militants de sa "déception". Elle avoue toutefois "une satisfaction de voire le PS s'effondrer".

21:02 - 3 à 4 cantons sont remportés par le FN dans le Vaucluse, selon une source FN.

Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy après les résultats des élections à Paris (AFP-Eric Feferberg)

21:00 - La droite gagne dans 1.125 à 1.155 cantons, contre 746 à 776 pour la gauche, et de 44 à 54 pour le FN, selon une projection CSA.

20:58 - Très présent au 1er tour, dans plus de la moitié des cantons, le FN s'effondre au 2e tour dans les Alpes-de-Haute-Provence, les reports de voix n'ont pas été suffisants et la droite a réussi à obtenir ce qu'elle espérait au minimum, c'est à dire cinq cantons.

"Nous avons réussi à faire barrage au FN, et c'est ma principale satisfaction", commente à l'AFP Joëlle Tébar, secrétaire départementale de l'UDI. "C'est encourageant pour les régionales, mais à condition que la droite du 04 travaille plus et mieux, pour proposer des solutions sur le terrain", ajoute-t-elle.

20:58 - L'ancien ministre Alain Juppé et candidat à la primaire a salué depuis sa mairie de Bordeaux "une très belle victoire pour l'UMP et ses alliés" et de "la stratégie d'alliance de l'UMP/UDI et MoDem".

20:56 - Dans les Alpes-de-Haute-Provence, le président sortant du conseil général, le député Gilbert Sauvan (PS) sauve sa place dans son canton historique de Castellane, pour 57 voix, face au binôme Boetti-Surle (UMP), grâce à une forte mobilisation (10% de plus que la moyenne du département), nous rapporte le journaliste Daniel Ortelli.

- Nouvelle voie -

20:55 - "Le gouvernement doit résolument s'engager dans une nouvelle voie", estime la patronne de EELV, Emmanuelle Cosse.

20:51 - L'union de la droite et du centre remporte les Pyrénées-Atlantiques, revendiquant la victoire dans 16 cantons sur 27 au total dans un département dirigé depuis 2011 par le Parti socialiste qui n'obtiendrait qu'une dizaine de cantons.

20:50 - La droite arrache la Corrèze, fief de François Hollande.

La présidente du FN Marine Le Pen après l'annonce des résultats des élections à Nanterre (AFP-Miguel Medina)

20:48 - La droite gagne deux départements voisins, le Doubs et le Jura.

20:47 - En Bretagne, les Côtes d'Armor basculent à droite.

20:45 - Un Français sur deux environ a boudé les urnes, une abstention forte qui, sans atteindre le record des cantonales de 2011, pèse dans ce scrutin. L'abstention devrait s'élever sur l'ensemble de la journée dans une fourchetteallant de 49,8% à 51%, selon quatre instituts de sondages.

20:44 - Pierre Laurent (secrétaire national PCF) : "Grande responsabilité" de Hollande et Valls dans le "retour aux affaires de la droite"

20:41 - Mélenchon propose "une nouvelle alliance populaire" en vue des régionales avec "les partis, les personnalités d'opposition de gauche, sans a priori", en vue des élections régionales de décembre 2015. Une alliance qu'il souhaite "visible, ayant le même signe dans tout le pays" et "avec surtout des assemblées citoyennes ouvertes à tous". "Cette semaine, je proposerai aux partis concernés de se rencontrer pour cela", a-t-il conclu.

20:41 - Pour les régionales, Jean-Christophe Cambadélis veut "que l'union soit au rendez-vous" et "d'abord là où le FN menace". Le premier secrétaire du PS déplore un "recul d'implantation" du PS "sans pour autant être une débâcle".

20:39 - Nord: Lecerf (UMP) annonce le basculement du département à droite.

Le Premier ministre à Manuel Valls à Matignon après l'annonce des résultats (AFP-Jacques Demarthon)

20:36 - Dans le Tarn, Thierry Carcenac (PS), est réélu dans son canton d'Albi 4 avec 46,2% des voix lors d'une triangulaire. Le département reste à gauche. Dans les Pyrénées-Orientales, la secrétaire d'Etat Ségolène Neuville (PS) est réélue dans son canton.

20:35 - Le territoire de Belfort bascule à droite, annonce l'UMP. La droite remporte 6 des 9 cantons du département, selon les résultats de la préfecture.

20:33 - La droite a remporté le département du Doubs, annonce à la presse le président PS du Conseil général, Claude Jeannerot. "Il semble que la victoire des forces de droite soit nette, la majorité est perdue", a déclaré M. Jeannerot.

20:31 - Marine Le Pen (FN): "Je suis désormais à la tête du seul mouvement d'opposition véritable au pouvoir en place".

20:31 - François Fillon parle d'un "grand succès pour l'UMP qui porte désormais la responsabilité très lourde de conduire un projet d'alternance".

Départementales : les résultats du 2e tour (AFP-)

20:30 - L'ancien ministre Eric Woerth tweete: "Au moins 15 cantons sur 21 pour l'UMP UDI! Le PS en situation de naufrage total!"

20:28 - L'UDI Hervé Morin, député de l'Eure, tweete: "Carton plein en Haute-Normandie, même la Seine-Maritime très fortement ancrée à gauche bascule".

20:27 - "Une mauvaise saison de l'Histoire recommence en Europe", prédit Jean-Luc Mélenchon en commentant les résultats. "Ne vous laissez pas embrigader par le soi-disant tripartisme", ajoute le leader du Front de gauche. Il dénonce "ce gouvernement avec qui rien n'est possible" et conclut: "Résistez, ne lâchez rien!" Il tweete: "Je lance un appel. Ne nous résignons pas ! Ne laissez pas François Hollande et Manuel Valls réduire la gauche à néant."

Une femme dépose un bulletin dans l'urne à Marseille (sud) (AFP-Boris Horvat)

20:23 - L'Allier bascule à droite selon (chef de file de l'opposition).

- "Parti socialiste laminé" -

20:22 - Les Pyrénées-Atlantiques basculent à droite, selon des sources politiques concordantes.

20:22 - Marine Le Pen salue les "scores en très haute porgression" du Front national. La présidente du FN dénonce la "campagne amère menée par le Premier ministre rejoint dans son mépris de classe pour nos candidats et électeurs par beaucoup de médias". Pour elle, "le parti socialiste est laminé, il disparait de la carte dans de nombreux départements".

20:16 - Stéphane Le Foll, porte-parle du département, parle de "résistance de la gauche et du Parti socialiste". "Ce recul indique une résistance très claire de la gauche et du PS dans son ensemble", déclare-t-il au micro de France 2. "Les résultats ne sont pas bons mais ils sont au-delà de ce qu'on pouvait anticiper."

20:15 - Marine Le Pen: "score historique au environ de 40%", avec FN et Rassemblement Bleu Marine

20:15 - "L'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera", martelle Nicolas Sarkozy. "Nous allons enfin accélérer la préparation d'un projet républicain d'importance", "condition absolue pour redresser notre pays".

Dépouillement après le vote à Valence (sud-est) (AFP-Jean-Philippe Ksiazek)

20:11 - "Ce soir, la droite républicaine et le centre ont nettement remporté les élections départementales", annonce Nicolas Sarkozy.

20:10 - "Nous ferons renaître l'espoir à condition d'être plus unis et rassemblés", martelle Valls en réaffirmant certaines des priorités de son gouvernement comme la laicité, la lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

20:10 - Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy: "jamais notre famille politique n'avait gagné autant de départements".

20:10 - Les frondeurs socialistes appellent à un "contrat de rassemblement" pour les douze prochains mois qui soutienne des "politiques nouvelles", après la "nouvelle défaite" que constituent à leurs yeux les élections départementales. "Nous appelons à ce qu'une grande gauche se rassemble sans retard, pour soutenir des politiques nouvelles", affirment-ils dans un texte que l'AFP s'est procuré, qui comprend "des propositions pour les 12 prochains mois", sorte d'"agenda de réforme" qu'"une majorité enfin rassemblée peut dès maintenant assumer et défendre, sans renoncer et sans se renier".

20:09 - "Notre gouvernement redoublera d'énergie, avec comme priorité l'emploi, l'emploi, l'emploi", assure le Premier ministre.

20:08 - La droite remporte la Réunion, qui était présidée par Nassimah Dindar (UDI) avec une majorité de gauche et du centre, nous rapporte Sophie Lautier. Mme Dindar, rélue au premier tour dans son canton, avait cette fois clairement participé à une plateforme d'union de la droite.

20:08 - Valls: "la gauche, trop dispersée, connaît un net recul".

20:08 - Dans le Gers, l'ex-ministre PS de l'Ecologie Philippe Martin annonce sa réélection dans son canton. "La majorité restera la majorité de gauche dans le Gers", assure-t-il. Lui-même dit avoir été réélu avec la députée PS Gisèle Biémouret, en réunissant 49,2% des voix dans son canton de Baïse-Armagnac, face aux binômes UMP et FN.

20:07 - La Lozère bascule à gauche, s'imposant dans sept cantons sur treize, selon la préfecture. La Lozère, où notamment le binôme avec le député UMP Pierre Morel-A-L'Huisser dans le canton de Chirac a été battu (45,24 %), était en début de soirée le seul département de France métropolitaine à basculer à gauche, selon des résultats définitifs dans douze cantons du département, communiqués à l'AFP par la préfecture.

20:06 - Au Conseil général des Alpes-Maritimes, à Nice, salve d' applaudissements devant les téléviseurs. "On n'est pas surpris. Sarkozy a su rassembler. C'est ce qui a payé", dit Eric, militant UMP. L'affirmation de Valls "notre économie va mieux" est accueillie avec des éclats de rires.

20:05 - "La droite républicaine remporte les élections départementales" entame Manuel Valls en direct à la télévision. Le Premier ministre constate que "les appels à la mobilisation républicaine ont été entendus".

20:05 - Valls: les scores trés élevés de l'extrême-droite sont un défi pour tous les républicains.

20:04 - La gauche conserve la Meurthe-et-Moselle selon le PS.

- Défaite de la gauche au pouvoir -

Dépouillement des bulletins de votes à Mont-Saint-Aignan (nord-ouest) (AFP-Charly Triballeau)

20:00 - Le deuxième tour des départementales va se traduire par un "recul important" pour le PS, déclare Corinne Narassiguin, une des porte-parole du PS, en soulignant le report de l'électorat FN vers l'UMP pour ce deuxième tour.

19:59 - 64 à 70 départements à droite, 27 à 37 à gauche, 0 à 2 au FN selon les projections Ipsos et CSA. La gauche détenait jusqu'ici 61 départements, la droite 40.

19:59 - "Un succès historique de l'opposition", une "débâcle" de la gauche, se félicite Laurent Wauquiez, secrétaire général de l'UMP.

19:54 - Un ténor FN à l'AFP : "D'après les remontées que j'ai, il y a pour l'instant semble-t-il une grosse progression en voix et en pourcentage, mais une absence de résultats en terme de départements".

19:45 - Un responsable FN est peu confiant concernant le Vaucluse, pourtant la meilleure chance du parti pour ces départementales. Il indique que le parti a perdu les 3 cantons d'Avignon, où le FN était à chaque fois en duel contre des binômes de gauche, selon Guillaume Daudin, journaliste de l'AFP qui suit le FN.

Des bénévoles dépouillent des bulletins de vote dans un bureau de Valence (sud-est) (AFP-Jean-Philippe Ksiasek)

19:37 - L'abstention aujourd'hui devrait être comprise entre 49,8% et 51%, selon quatre instituts de sondages. Ces taux estimés sont nettement inférieurs à celui constaté par le ministère de l'Intérieur lors des élections cantonales de 2011 (55,29%).

19:31 - Le premier secrétaire fédéral PS de la Réunion, Philippe Le Constant sauve de justesse son canton de Saint-Benoît 2 (à l'Est).

19:20 - A La Réunion, qui a voté deux heures avant la métropole, les premiers résultats tombent. Le canton du Chaudron (Saint-Denis 1), ce quartier populaire prompt à s'enflammer lors de mouvements sociaux, passe à droite alors qu'il était le fief du maire PS de la ville de Saint-Denis, Gilbert Annette. La présence de la députée PS Monique Orphé en suppléante n'a pas changé la donne.

19:08 - La soirée électorale risque d'être perturbée dans le Limousin avec la grève de 70% de la rédaction de France 3 Limousin. La Corrèze, la Creuse et la Haute-Vienne sont de forts enjeux du second tour.

"La soirée va se tenir, le service dû aux spectateurs sera rendu", assure pour la direction le délégué régional, Dominique Papon, tout en reconnaissant des "conditions pas idéales".

Le Premier ministre Manuel Valls au bureau de vote à Evry (AFP-Martin Bureau)

19:01 - Benjamin, 43 ans, chômeur croisé à Lille, ne votera pas car il est inscrit dans le Pas-de-Calais. "Je n'ai pas fait de procuration car j'ai d'autres chats à fouetter, je suis en train de divorcer. Mon vote n'aurait pas vraiment changé les choses."

A Rennes, Anne, 44 ans, vit plus mal cette impossibilité de participer au vote: "Je ne vais pas voter parce que j'ai déménagé et je n'ai pas fait le changement d'adresse. Je m'en veux, ça m'énerve de ne pas voter, c'est important".

18:51 - Pour beaucoup d'absentionnistes, voter "ne change rien". C'est l'avis de Brahim, 29 ans, tulliste, employé dans le secteur de la finance: "Je ne pense pas que le résultat de ces élections dites locales puisse changer mon quotidien. Il serait temps que les politiques de tous bords se remettent en question face à la montée de l'abstention !"

Même sentiment chez Sébastien, 38 ans, salarié de la publicité interrogé dans une rue piétonne de Strasbourg: "Je n'irai pas voter parce que cette élection ne change rien à ma vie. Depuis la présidentielle de 2012, c'est comme ça."

18:44 - A Tulle, pour Denis, 54 ans, employé dans le secteur des télécommunications, "voter fait partie de mon éducation. Mon grand-père était maire dans la petite commune de Moselle dont je suis originaire. Par rapport aux pays où l'on n'a pas le droit de vote, on se doit de l'utiliser". Stéphane Marrel, 37 ans, magasinier et votant à Evry, prend plaisir à se présenter très tôt au bureau de vote: "Depuis deux ou trois élections, j'essaie d'être le premier à déposer mon bulletin dans l'urne. C'est un petit défi et un plaisir personnel".

18:30 - Après la vague bleue des municipales, la droite ambitionne notamment de conquérir les Bouches-du-Rhône, détenues par le PS depuis plusieurs décennies, l'Isère, les Pyrénées-Orientales, sans compter la très symbolique Corrèze, terre d'élection présidentielle.

- Ni-ni -

18:26 - Marine Le Pen, qui a voté à Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, département PS visé par le FN, a dit ambitionner pour son parti "plusieurs dizaines" d'élus, espérant "peut-être même une bonne surprise". Outre le Pas-de-Calais, les départements gagnables pour le FN sont le Vaucluse, l'Aisne et le Gard. A cette fin, le FN compte notamment sur les triangulaires. Là où elle était devancée par la gauche, l'UMP s'est maintenue dans l'écrasante majorité des cas en vertu de son "ni-ni" (ni FN, ni PS) en dépit de l'indignation de Manuel Valls, accusant Nicolas Sarkozy de "courir derrière le FN" dans un entre-deux tours qui a viré au duel à distance entre les deux hommes. Dans ces départements notamment, il est possible que ni FN, ni droite, ni gauche n'aient de majorité absolue en sièges, rendant très ouverte l'élection du président du conseil départemental, qui aura lieu jeudi.

Participation à 12h et 17 h (AFP-L. Saubadu/P. Defosseux)

18:23 - "Est-ce qu'ils se sont levés ce matin ?", a lancé en souriant le président François Hollande avant de voter dans la matinée dans son fief de Tulle. Autre inconnue: quelle sera l'attitude des électeurs dont le candidat a été éliminé au premier tour, notamment dans les duels opposant la droite ou la gauche au Front national ? Non seulement quelque 520 binômes du PS ou soutenus par lui ont été éliminés au premier tour - souvent en raison des divisions de la gauche - mais la droite avait viré en tête dans le plus grand nombre de cantons, prenant une option sur la victoire finale.

18:19 - Comme au premier tour, ce sont les départements ruraux qui ont voté le plus. La Haute-Corse est la meilleure élève avec une participation de 65,84%, devant la Corrèze (54,42%), l'Aude (54,02%) et les Pyrénées-Orientales (53,79%). La région parisienne ferme la marche avec seulement 29,54% dans les Yvelines et même 25,24% en Seine-Saint-Denis, département déjà bon dernier la semaine dernière, et où ne restait en lice qu'un seul binôme homme/femme dans plusieurs cantons.

18:06 - Deux heures avant l'annonce des résultats, plusieurs dizaines de journalistes déjà présents au siège du FN, selon une journaliste de l'AFP sur place, Elodie Le Maou.

17:37 - Plus de 40 millions d'électeurs sont conviés aux urnes, pour le second tour des élections départementales, où la gauche craint d'abandonner de 20 à 40 départements à la droite, le Front national espérant de son côté en gagner un ou deux. Le taux de participation en métropole s'élevait à 17h00 à 41,94%, soit près de six points de plus qu'au deuxième tour du scrutin cantonal de 2011 à la même heure (36,2%). Ce taux de votants est en revanche inférieur d'un point à celui enregistré la semaine dernière, au premier tour (42,98%). Au total, 149 cantons ayant été pourvus dès dimanche dernier, le scrutin n'en concerne plus que 1.905 sur 2.054. Après un premier tour marqué par une abstention importante (49,83%), quoiqu'un peu plus faible qu'attendu, la gauche table sur un sursaut de ses électeurs pour éviter une débâcle, à savoir la perte de plus de la moitié des 61 départements qu'elle administre. La semaine dernière, l'alliance UMP-UDI a totalisé 28,7% des suffrages contre 21,5% aux binômes comptant au moins un socialiste et 25,2% pour le FN. Les bureaux de vote, qui ont ouvert à 08H00 en métropole, le resteront jusque 18H00, voire 19H00 dans les villes moyennes et même 20H00 à Bordeaux, Marseille, Nantes, Toulouse et en région parisienne. EN DIRECT

Des électeurs d'un bureau de vote à Commentry (Allier) (AFP-Thierry Zoccolan)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.