Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / A la Une / Mexique: un séisme fait près de 150 morts dont au moins 21 enfants

Mexique: un séisme fait près de 150 morts dont au moins 21 enfants

Mexico (AFP) Mercredi 20 Septembre 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Des équipes de secours recherchent des personnes dans les décombres d'un immeuble qui s'est effondré après un séisme, le 19 septembre 2017 à Mexico (AFP-YURI CORTEZ )

Au moins 149 personnes, dont au moins 21 enfants, ont péri mardi lors du violent séisme de magnitude 7,1 qui a secoué le centre du Mexique, dont la capitale, 32 ans jour pour jour après celui de 1985, et les secouristes s'activaient pour trouver des survivants dans les décombres de plusieurs immeubles.

Le bilan provisoire du gouvernement mexicain comptabilise les décès répartis sur plusieurs Etats, voisins de Mexico, où l'on comptait au moins 49 morts à Mexico, Puebla (32), Morelos (55) et l'Etat de Mexico (12) et Guerrero (1). Au total 149 morts" a indiqué Luis Felipe Puente le directeur de la protection civile.

Parmi les victimes figurent 21 enfants d'une école de Mexico qui s'est effondrée, tandis que les recherches se poursuivaient pour retrouver une trentaine d'autres portés disparus.

"Nous avons un bilan de 25 morts, 21 enfants et quatre adultes" dans l'école primaire Enrique Rebsamen, a indiqué sur la chaîne Televisa, Javier Trevino, sous-secrétaire à l'Education.

Le bilan total du séisme devrait augmenter car "il y a des personnes disparues" qui pourraient se trouver sous les décombres, a-t-il précisé.

Tremblement de terre au Mexique (AFP-Nicolas RAMALLO)

L'épicentre du séisme, qui s'est produit à 13H14 locales (18H14 GMT), a été situé à la frontière de l'Etat de Puebla et Morelos (centre), à 51 km de profondeur, selon le centre géologique américain USGS.

Cette mégapole de 20 millions d'habitants a tremblé au milieu des cris, des pleurs et des crises de nerfs. Cette nouvelle secousse intervient quelques jours à peine après un tremblement de terre de 8,2 dans le sud du pays qui avait fait une centaine de morts début septembre.

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux témoignaient de la violence des secousses, d'effondrements d'immeubles et même d'une forte explosion dans un bâtiment. Des images saisissantes publiées par des touristes naviguant à Xochimilco, zone lacustre du sud de Mexico, montraient de fortes vagues se former et secouer les embarcations sur ces canaux d'ordinaire calmes.

"Je suis bouleversée, je n'arrive pas à m'arrêter de pleurer, c'est le même cauchemar qu'en 1985", confiait à l'AFP Georgina Sanchez, 52 ans, en pleurs sur une place de Mexico, qui semblait revivre cet épisode marquant de l'histoire du pays.

"Ce n'est pas possible que ce soit aussi un 19 septembre!", sanglotait Lucia Solis, secrétaire, les mains encore tremblantes.

"Les gens étaient très nerveux. J'ai vu une femme qui s'est évanouie. Les gens étaient en train de courir", témoignait un peu plus loin, Alfredo Aguilar, 43 ans.

Des mexicains déblaient les débris d'un bâtiment endommagé par un tremblement de terre à Mexico, le 19 septembre 2017 (AFP-Alfredo ESTRELLA)

Au milieu des odeurs de gaz, plusieurs immeubles se sont effondrés ou ont été fortement endommagés, a constaté l'AFP. Les autorités de la capitale mexicaine faisaient état d'une cinquantaine de bâtiments en ruine.

"Ne fumez pas! Ne fumez pas !", prévenaient des secouristes craignant des ruptures de canalisations de gaz, alors que les forces de l'ordre tentaient de mettre en place des cordons de sécurité en plein chaos et que des habitants regagnaient leur domicile à pied.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto a écourté un déplacement en province pour rentrer à Mexico en avion. "J'ai ordonné l'évacuation des hôpitaux endommagés et le transfert des patients", a-t-il écrit sur Twitter.

- Colonnes de fumée -

"Que Dieu bénisse les gens de Mexico. Nous sommes avec vous et nous serons là pour vous", a tweeté le président américain Donald Trump, dont les relations avec le Mexique sont exécrables.

Début septembre, il s'était vu reprocher d'avoir attendu plusieurs jours avant d'offrir ses condoléances après le séisme meurtrier dans le sud du pays.

Des colonnes de fumée étaient visibles sur des plans larges de la capitale diffusés par la télévision mexicaine.

"Il y a des gens vivants attrapés là!", a crié une femme en signalant les décombres d'une clinique. Des secouristes et des passants ont alors formé une chaîne humaine pour déblayer et tenter d'extraire d'éventuels survivants. Des patients sur des brancards ou des chaises roulantes, dont certains sous perfusion, avaient été évacués sur le trottoir.

Plusieurs institutions de la capitale, dont l'aéroport international de Mexico ou l'université nationale autonome de Mexico (Unam), l'une des principales d'Amérique latine, ont annoncé sur leur compte Twitter la suspension de leurs activités pour inspecter les bâtiments. Les écoles à Mexico et à Puebla ont été évacuées et fermées. L'aéroport a rouvert quelques heures après.

Mardi matin, jour anniversaire du tremblement du 19 septembre 1985, les autorités avaient organisé un exercice de simulation destiné à la population.

Depuis cette tragédie, les réglementations pour la construction ont été durcies et un système d'alerte à l'aide de capteurs situés sur les côtes a été développé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.