Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / A la Une / Syrie: une ville clé assiégée par les jihadistes, exode de milliers de Kurdes

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Syrie: une ville clé assiégée par les jihadistes, exode de milliers de Kurdes

Suruc (Turquie) (AFP) Dimanche 21 Septembre 2014

Des Kurdes massés le 20 septembre 2014 à la frontière entre la Syrie et la Turquie près de la ville de Suruc dans la province Sanliurfa (AFP-Bulent Kilic)

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) assiégeaient dimanche une ville clé kurde syrienne à la frontière turque, après avoir pris une soixantaine de villages dans une offensive fulgurante qui a poussé à la fuite des dizaines de milliers de Kurdes syriens en Turquie.

Une prise d'Aïn al-Arab (Kobané en kurde), troisième agglomération kurde de Syrie, est cruciale pour l'EI car elle lui permettrait de contrôler une large portion de la frontière syro-turque sans discontinuité.

Fort de quelque 35.000 hommes recrutés dans plusieurs pays notamment occidentaux, ce groupe ultra-radical sunnite continue de s'emparer de régions en Syrie comme en Irak, malgré l'annonce par les Etats-Unis de leur intention de le détruire avec l'aide d'une large coalition internationale.

Selon le chef de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, Kobané est "totalement assiégée" par les jihadistes qui ont pris plus de 60 villages dans les environs depuis le lancement de leur nouvelle offensive pour reprendre la ville. Ils "ont encore progressé et se trouvent dans certains endroits à une dizaine de km seulement" de Kobané.

Bombardement le 20 septembre 2014 de la ville d'Alep dans le nord de la Syrie (AFP-Khaled Khatib)

Les combats font rage entre les jihadistes, munis d'armes lourdes et de chars, et les combattants kurdes qui défendent Kobané avec l'aide de leurs frères d'armes venus de Turquie. Ils ont fait au moins 39 morts côté jihadiste et 27 côté kurde en plus d'au moins 11 civils exécutés par l'EI depuis mardi. "La grande majorité des jihadistes tués sont des non-Syriens, dont des Tchétchènes et des ressortissants du Golfe", selon M. Abdel Rahmane.

Devant l'intensité des violences et les craintes des exactions des jihadistes, les civils kurdes de la ville et de ses environs, qui comptaient quelque 450.000 habitants avant les violences, continuaient de fuir vers la Turquie, d'après l'OSDH.

Depuis vendredi, quelque 70.000 civils kurdes ont trouvé refuge dans ce pays, selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) qui évoque l'arrivée possible de "centaines de milliers" de personnes supplémentaires, alors que l'opposition syrienne en exil a mis en garde contre un "nettoyage ethnique".

- Maisons détruites, décapitations -

Des femmes et enfants kurdes le 20 septembre 2014 à la frontière entre la Syrie et la Turquie près de la ville de Suruc dans la province Sanliurfa (AFP-Bulent Kilic)

Selon un photographe de l'AFP, des cohortes de milliers de personnes contraintes à la fuite, dont un grand nombre de femmes, d'enfants et de vieillards chargés de sacs et de valises se sont pressées toute la journée de samedi aux alentours du poste-frontière de Mursitpinar (sud de la Turquie). es soldats ont ouvert les barbelés séparant les deux pays en plusieurs points pour faciliter le passage de ces réfugiés venant de Kobané, notamment près de la localité turque de Suruc (sud-est).

"L'EI est venu dans notre village et a menacé tout le monde. Ils l'ont bombardé et ont détruit les maisons. Ils ont décapité ceux qui sont restés", raconte un réfugié Mohammed Issa qui a fui avec sa famille.

M. Abdel Rahmane a affirmé dimanche que le sort de 800 habitants de villages pris par l'EI "restait inconnu", après avoir fait état de plus d'une dizaine d'exécutions de civils par les jihadistes.

Des colonnes de fumée visibles le 20 septembre 2014 depuis la ville de Suruc à la frontière entre la Turquie et la Syrie (AFP-Bulent Kilic)

En lançant l'assaut sur Kobané, l'EI veut s'assurer une liberté de mouvement dans l'important tronçon qu'il contrôle à la frontière turc et renforcer son emprise dans le nord syrien où il occupe de vastes régions, de même que de larges pans de territoires en Irak voisin.

L'EI a été accusé de nettoyage ethnique et de crimes contre l'Humanité par l'ONU dans le nord de l'Irak, après y avoir pris plusieurs localités poussant à la fuite des centaines de milliers d'Irakiens, principalement des membres de minorités.

- Toujours pas d'action américaine en Syrie -

Carte du monde indiquant le niveau d'engagement des partenaires du front contre le groupe Etat islamique (AFP--, P. Pizarro/J.Jacobsen)

Dans sa stratégie antijihadistes annoncée début septembre, le président américain Barack Obama, dont le pays mène des frappes contre les positions de l'EI en Irak depuis le 8 août, a affirmé qu'il était prêt à faire de même en Syrie, mais aucune action militaire n'a encore été entreprise dans ce pays.

Le président américain, qui a exclu des troupes au sol en Irak comme en Syrie, veut aussi entraîner et mieux équiper les rebelles modérés syriens pour qu'ils puissent faire face à l'EI.

Les frappes américaines, qui se sont poursuivies samedi au sud-est et à l'ouest de Bagdad, ont aidé les forces irakiennes à freiner la progression jihadiste dans le nord et à reprendre certains secteurs.

Outre les exactions dans les régions qu'il contrôle, ce sont les vidéos diffusées par l'EI et montrant l'exécution de deux journalistes américains et d'un humanitaire britannique qui ont révulsé le monde et l'ont poussé à agir.

Seule note positive dans ce contexte macabre, 46 Turcs enlevés à Mossoul (nord) aux premiers jours de l'offensive de l'EI en Irak, ont été libérés et sont arrivés samedi en Turquie, pays voisin de l'Irak.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.