Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Culture / Casimir, le dinosaure culte de "L'île aux enfants", a 40 ans

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Casimir, le dinosaure culte de "L'île aux enfants", a 40 ans

Paris (AFP) Mardi 16 Septembre 2014

Le monstre gentil de "L'île aux enfants" Casimir, création d'Yves Brunier sous le costume à Saint-Maur-des-Fosses, près de Paris, le 16 septembre 2014 (AFP-François Guillot)

Casimir, le dinosaure orange de "L'île aux enfants", fête ses 40 printemps mardi: avec son célèbre refrain, sa silhouette rebondie et son gloubi-boulga, le "monstre gentil" a marqué le petit écran jusqu'à devenir une véritable icône inter-générationnelle.

"Voici venu le temps des rires et des chants. Dans +L'île aux enfants+, c'est tous les jours le printemps, c'est le pays joyeux des enfants heureux, des monstres gentils, oui c'est un paradis." Fredonné par des passionnés qui ont atteint l'âge de raison il y a plus de trente ans, le générique de "L'île aux enfants" reste aussi dans les mémoires de ceux qui n'ont même pas vu l'émission petits.

Plus que Goldorak ou Maya l'abeille, Casimir, de 1974 à 1982 et pendant presque 1.000 épisodes, a enchanté l'ORTF, France 3, puis TF1.

Créé par Christophe Izard, le dinosaure a été incarné par Yves Brunier, 71 ans, qui a "pensé, fabriqué, habité Casimir pendant les huit ans d'émission".

Les deux créateurs pensent au départ à un animal sur deux pattes, un pingouin, un kangourou, puis à Casimir, "animal imaginaire, inspiré d'un dinosaure".

"Dans le pilote (épisode-essai), il ressemblait vraiment à un dinosaure, il faisait 2,60 mètres de haut, c'était catastrophique, on ne pouvait pas avoir de plans avec les enfants. J'ai modifié le personnage : il était vert, il est devenu orange, puisque le décor était tout vert", explique Yves Brunier.

Casimir mesure finalement 1,91 m pour 1,87 m de tour de taille, un embonpoint qui le rend "plus sympathique", et chausse du 67, précise son créateur.

Même s'il ne pèse qu'une dizaine de kilos, "le gros problème de Casimir, c'est la chaleur : je ne peux pas me plaindre, je me suis fabriqué mon propre instrument de torture, au-delà de 30 minutes, c'est difficile".

Heureusement, l'émission, qui ne devait au départ rester à l'antenne que trois mois, ne dure que vingt minutes. En quarante ans, Casimir aura eu une dizaine de costumes fabriqués - avec toujours deux exemplaires en cas d'accident, notamment avec le gloubi-boulga, son plat préféré.

A base de confiture de fraises, de bananes écrasées, de chocolat râpé, de moutarde "très forte" et de "saucisse crue mais tiède", le gloubi-boulga est entré dans le langage courant, synonyme de "mélange peu ragoûtant".

- Gaffeur, gourmand, gentil -

Avec ses petits bras et ses petites jambes, Casimir est "limité physiquement: quand il s’assoit, il est engoncé, il ne peut pas faire de ski nautique ou de parachute".

Yves Brunier, créateur de Casimir à Saint-Maur-des-Fosses, près de Paris, le 16 septembre 2014 (AFP-François Guillot)

Surtout, le dinosaure n'a pas d'expression du visage: "Il a bien un petit mécanisme qui fait que la bouche s'ouvre un peu, mais c'est tout, il faut compenser par les gestes, faire un travail de mime. Les très gros plans ne sont pas payants chez Casimir", raconte le comédien.

Quant à la "voix de canard, un peu nasale", de l'avis d'Yves Brunier, "c'est ce qui authentifie le personnage".

Le programme se veut "pédagogique et ludique": "Bien que ce soit un monstre, il avait la psychologie de son public : il faisait les bêtises que les enfants rêvaient de faire, il leur permettait de développer leur langage, parlait de protection de l'environnement, de tolérance."

Pas moraliste, mais naïf et parfois de mauvaise foi, Casimir se résume en trois G, selon son créateur: "gaffeur, gourmand, gentil".

Quarante ans après, le monstre gentil a eu droit à des spectacles, une comédie musicale, des "gloubi-boulga nights" pour quadras nostalgiques et à un remix de son générique en version techno, en 1993, qui fait se déhancher les jeunes dans les discothèque.

Preuve de sa grande popularité, deux livres lui sont consacrés en 2014 "Nos années Casimir" (éditions Hors Collection), dont la sortie est prévue en octobre et "Dans la peau d'un monstre" d'Yves Brunier (éditions Intervalles), prévu pour novembre. Selon Yves Brunier, le monstre gentil pourrait même revenir en 3D...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.