Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Culture / Le premier zoo à microbes ouvre ses portes à Amsterdam

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Le premier zoo à microbes ouvre ses portes à Amsterdam

Amsterdam (AFP) Mardi 30 Septembre 2014

Des visiteurs effectuent un test pour connaître leurs microbes au musée des microbes à Asmterdam, le 30 septembre 2014 (Micropia/AFP-Maarten Van Der Wal)

Le premier "zoo interactif à microbes" au monde a ouvert ses portes à Amsterdam mardi, mettant à l'honneur ces minuscules créatures qui constituent deux tiers des organismes vivants sur la Terre et considérés comme essentiels pour l'avenir de la planète.

Ce zoo particulier dans lequel est exposée une vaste collection de microbes a été imaginé par le directeur du zoo royal d'Amsterdam, Artis. Douze ans et 10 millions d'euros après la naissance de l'idée, c'est à côté d'Artis que "Micropia" a été installé.

"Les zoos ont tendance à ne montrer qu'une partie de la nature, à savoir les grands animaux", assure à l'AFP Haig Balian, directeur du zoo Artis : "aujourd'hui, nous voulons montrer la micro-nature".

M. Balian affirme que l'importance des microbes a toujours été sous-estimée depuis leur observation au XVIIe siècle par celui qui est considéré comme le père de la microbiologie, le Néerlandais Antonie van Leeuwenhoek.

Les virus, mycètes et bactéries sont souvent associés aux maladies, mais ils sont aussi essentiels pour notre survie et joueront un rôle de plus en plus important pour l'avenir de l'humanité et de la planète, selon Haig Balian.

"Les microbes sont partout, il faut donc des microbiologistes capables de travailler dans tous les secteurs, par exemple dans les hôpitaux, dans l'alimentaire ou les industries pétrolière et pharmaceutique", plaide-t-il.

Des boîtes contenant des microbes présentées au musée des microbes à Amsterdam, le 30 septembre 2014 (Micropia/AFP-Maarten Van Der Wal)

De nos jours, les micro-organismes sont déjà utilisés pour produire des bio-carburants, développer de nouveaux types d'antibiotiques ou améliorer le rendement agricole.

De nombreuses expériences ont confirmé leur potentiel pour des utilisations aussi variées que la production d'électricité, le renforcement des fondations de bâtiments ou encore la lutte contre le cancer.

"L’intérêt pour la microbiologie n'augmentera jamais si nous la laissons dans l'obscurité, en l'abandonnant à juste quelques experts", soutient M. Balian : "nous voulons montrer aux visiteurs que tout est lié dans la nature et que les microbes jouent un rôle fondamental".

Chaque humain adulte compte environ 1,5 kilogramme de microbes dans son corps, sans lesquels il mourrait.

La plus grande partie du zoo, qui dit être le premier du genre au monde, ressemble à un laboratoire. Plusieurs rangées de microscopes reliés à des écrans géants montrent toutes sortes de micro-organismes.

Plus loin, le visiteur peut observer à travers une fenêtre un vrai laboratoire dans lequel différentes sortes de microbes sont cultivés ou encore se retrouver face à un modèle géant du virus Ebola, qui ravage actuellement l'Afrique de l'Ouest.

En se rendant au premier étage du zoo, un écran géant placé sur le plafond de l'ascenseur montre, sur un œil agrandi à l'extrême, tous les organismes vivant sous nos paupières.

Il est également possible d'observer des microbes se reproduire grâce à un microscope 3D spécialement développé pour le zoo ou encore de passer au scanner à microbes, qui indiquera au visiteur combien d'entre eux vivent sur lui, et où.

Les plus amoureux pourront s'embrasser devant le "Kiss-o-Meter" qui indique combien de microbes ont été échangés sur la durée du baiser.

"Saviez-vous que 700 espèces de microbes vivent dans votre bouche? Ou que 70 types de mycètes vivent sur votre talon?", sourit M. Balian.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.