Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Economie / L'Américain General Electric s'intéresse au français Alstom

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

L'Américain General Electric s'intéresse au français Alstom

Paris (AFP) Jeudi 24 Avril 2014

La première rame du train régional Regiolis, produit par Alstom lors de la présentation officielle le 14 Juin 2011 sur le site d'Alstom à Reichshoffen (AFP/Archives-Patrick Hertzog)

Un fleuron industriel français bientôt sous pavillon américain? Alstom, qui connaît actuellement des difficultés, intéresse son concurrent General Electric, qui aurait proposé plus de 13 milliards d'euros, même si le constructeur français de TGV assure "ne pas être informé" d'une offre de rachat.

Selon l'agence de presse Bloomberg, qui cite des sources proche du dossier, un rachat d'Alstom, connu du grand public pour ses TGV, mais qui est aussi notamment présent dans la construction de centrales électriques, pourrait être annoncé "dès la semaine prochaine".

Le groupe français dirigé par Patrick Kron, qui a mis en vente au début de l'année une participation dans son activité de construction ferroviaire, s'est contenté d'affirmer qu'il n'était pas informé d'une offre de GE.

"En réponse à certaines spéculations récemment relayées dans la presse économique, Alstom fait savoir qu'il n'est informé d'aucun projet d'offre publique visant son capital", a fait savoir l'industriel français dans un communiqué.

Le groupe, qui souligne par ailleurs revoir "en permanence ses options stratégiques sur ses différents métiers" a renvoyé à la publication, le 7 mai, de ses résultats annuels et d'"un point sur les perspectives de ses différentes activités".

Quant à Bouygues, le principal actionnaire d'Alstom avec environ 29% du capital et qui selon Bloomberg soutiendrait l'opération, il n'a fait que renvoyer au même communiqué. GE n'a pas fait de commentaire de son côté.

Pas de quoi calmer les ardeurs boursières: peu après l'ouverture, le titre d'Alstom s'envolait de près de 17%, et gagnait encore plus de 10% vers 14H35 à la Bourse de Paris. Bouygues bénéficiait aussi des spéculations et gagnait au même moment 3,34% alors que le marché évoluait à +0,89%.

Le chiffre de 13 milliards de dollars avancé par Bloomberg correspond à une prime d'environ 23% par rapport au cours de clôture d'Alstom mercredi soir.

Une telle fusion donnerait naissance à un mastodonte industriel. General Electric, qui a entamé un recentrage sur l'industrie au détriment de sa branche financière GE Capital, est déjà une des plus grandes entreprises américaines et mondiales, avec un chiffre d'affaires de 146 milliards de dollars l'an passé et quelque 305.000 employés dans le monde.

Alstom emploie lui 93.000 personnes dans le monde, dont 18.000 en France, et a réalisé sur l'exercice 2012-2013 un chiffre d'affaires de 20,3 milliards d'euros.

- Besoin d'une 'bénédiction de l'Etat français' -

Le président américain Barack Obama devant un générateur lors d'une visite d'une usine de General Electric le 21 janvier 2011 à Schenectady, dans l'état de New York (AFP/Archives-Mandel Ngan)

Pour Alstom, "cet accord aurait stratégiquement du sens, en consolidant le marché des centrales électriques, du rail et des lignes à haute tension face à d'une part une croissance mondiale plus faible et de l'autre une concurrence asiatique accrue sur ces marchés", soulignent jeudi les analystes de Barclays. Le groupe français est également peu présent en Amérique du Nord.

Quant à GE, "s'il est déjà le leader du marché dans les centrales électriques (turbines au gaz), il lui manque de la présence dans le ferroviaire et la transmission électrique", notent-ils. Il grossirait également sur des crénaux comme l'hydroélectricité ou le nucléaire où il est moins présent, remarque pour sa part Morgan Stanley.

L'opération dresserait aussi un énorme ensemble face à l'allemand Siemens et aux autres acteurs du marché, comme l'américain Honeywell ou le suisso-suédois ABB.

Financièrement, l'opération ne devrait pas poser pas de problème: GE pèse plus de 265 milliards de dollars en Bourse et croule sous les profits accumulés à l'étranger, qu'il ne rapatrie pas aux Etats-Unis pour des raisons fiscales.

Quant à Alstom, son cours de Bourse malmené ces derniers mois en fait une proie plutôt bon marché, à moins de 10 milliards d'euros.

Sauvé avec le soutien de l'Etat en 2004, Alstom a mené un redressement plutôt réussi depuis, mais rechute depuis un an en raison d'un coup de frein sur son marché principal des centrales électriques.

Dans une France traditionnellement frileuse à voir partir ses fleurons industriels, ardemment défendus par le ministre de l'Economie et du Redressement productif Arnaud Montebourg, cette opération recevra-t-elle le blanc-seing gouvernemental?

Le Premier ministre, Manuel Valls, n'a pas souhaité commenter jeudi la "rumeur" du rachat d'Alstom par General Electric mais a dit suivre "le dossier avec attention" et s'est déclaré "attentif aux emplois, aux technologies et au centre de décision".

"Alstom opère dans des secteurs stratégiques, donc tout accord nécessiterait une sorte de +bénédiction+ de l'Etat français", a souligné Morgan Stanley dans une note jeudi.

GE pourra faire valoir son importante implantation industrielle en France, où il compte 11.000 salariés et huit usines, dont une activité importante à Belfort dans les turbines à gaz, achetée ... à Alstom en 1999. Plus récemment, il a également mis la main sur Converteam, là aussi une ancienne filiale d'Alstom spécialiste de la conversion électrique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.