Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Environnement / Energies marines: la France va devoir batailler pour rattraper son retard

Energies marines: la France va devoir batailler pour rattraper son retard

Le Havre (AFP) Mardi 21 Novembre 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Edouard Philippe lors des Assises de la mer au Havre, le 21 novembre 2017 (AFP-CHARLY TRIBALLEAU)

La France va devoir batailler ferme pour rattraper son retard dans les énergies marines renouvelables (EMR), a admis mardi le Premier ministre Edouard Philippe, lors des Assises de la mer au Havre.

"La mer, c'est une énergie. C'est surtout du retard, un retard qui (...) fait un peu désordre, un retard que nous essayons de rattraper, avec des résultats mitigés (...) et je crains que si nous voulons rattraper ce retard, il ne nous faille souquer très ferme", a déclaré Edouard Philippe.

Le gouvernement entend lancer en 2018 "les études préalables en vue de l'engagement des futurs appels d'offres dans l'éolien flottant en Bretagne et en Méditerranée" et "les études environnementales sur le projet de parc éolien posé au large d'Oléron".

Le Premier ministre a demandé au ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot "un travail de simplification radicale des procédures" pour créer des EMR.

Interrogé par l'AFP, en marge des Assises, le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) Jean-Louis Bal a jugé "assez décevant" ce discours. "Il n'y a pas un mot sur l'hydrolien" (qui utilise la force des marées pour produire de l'énergie, NDLR), espérant des annonces plus concrètes de Nicolas Hulot, qui doit clore les assises mercredi.

Interrogé par l'AFP, la direction de la communication de Naval Group, un des acteurs majeurs de la filière hydrolienne, une technique qui doit encore faire ses preuves, a fait savoir que son PDG Hervé Guillou, présent aux Assises, ne souhaitait pas commenter le discours du Premier ministre.

Mi-novembre la "filière française des énergies renouvelables", le SER, EVOLEN (un réseau de près de 250 sociétés dont l'expertise couvre toutes les énergies) et le GICAN (Groupement des industries de construction et activités navales) avaient réclamé dans un communiqué commun "le lancement dès à présent des appels d’offres annoncés, notamment au large d’Oléron" et un appel d'offre pour des fermes hydroliennes commerciales.

En mars 2017, la ministre de l'Energie Ségolène Royal avait déjà annoncé le lancement d'un "dialogue concurrentiel" en amont d'un appel d'offres pour un parc au large de l'île d'Oléron (Charente-Maritime).

Quelques mois plus tôt, elle avait annoncé que des "simplifications administratives" seraient mises en œuvre pour faciliter la concrétisation de projet d'EMR.

Par ailleurs, le gouvernement veut aussi se pencher sur le coût pour la collectivité des projets d'éolien en mer posé, actuellement en développement, largement subventionnés, a indiqué Matignon à l'AFP, confirmant une information des Echos.

L'objectif est de s'"assurer que la rentabilité des projets n'est pas excessive", précise l'entourage du Premier ministre.

Les deux appels d'offres, qui portent sur six parcs d'environ 500 mégawatts chacun, ont abouti à des tarifs de vente de l'électricité produite de près de 200 euros le mégawattheure (MWh) garantis pendant 20 ans.

Un prix plus élevé que celui sur le marché (environ 40 euros/MWh) et également bien plus que les prix qui ressortent d'appels d'offres plus récents dans d'autres pays d'Europe.

Ces parcs, dont trois sont développés par EDF, deux par Engie et un par l'espagnol Iberdrola, doivent entrer en service à partir de 2021.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.