Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Environnement / Lannion: des milliers de manifestants contre un projet d'extraction de sable

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Lannion: des milliers de manifestants contre un projet d'extraction de sable

Lannion (France) (AFP) Samedi 24 Janvier 2015

Manifestation à Lannion le 24 janvier 2015 pour pour protester contre un projet d'extraction de sable coquillier dans la baie (AFP-Damien Meyer)

Entre 4.500 et 7.000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté samedi à Lannion pour protester contre un projet d'extraction de sable coquillier dans la baie qui mettrait en péril, estiment-ils, l'écosystème et la pêche.

De nombreux élus participaient à cette manifestation familiale et bon enfant, derrière une grande banderole "Non à l'extraction de sable en baie de Lannion". Les élus de Lannion Trégor Communauté sont opposés à ce projet, de même que plusieurs parlementaires de la région.

La députée de la circonscription, Corinne Erhel (PS), a annoncé lors de ce rassemblement une table-ronde sur ce projet "d'ici une quinzaine de jours" au ministère de l'Economie.

"Non à Macron, oui au lançon", pouvait-on lire sur des pancartes, en référence au ministre de l'Economie dont la décision est attendue très prochainement sur ce dossier contesté, ainsi qu'à ce petit poisson (lançon), très présent sur le site envisagé et qui attire les bars, lieues et autres raies, de même que les nombreux oiseaux de la réserve ornithologique voisine des Sept Iles.

Manifestation à Lannion le 24 janvier 2015 pour pour protester contre un projet d'extraction de sable coquillier dans la baie (AFP-Damien Meyer)

"Pas de tunes avec nos dunes", "Qui vole le sable récolte la tempête", "Macron, le Trégor te dit non" ou encore "je suis le sable", affirmaient de nombreuses pancartes brandies par les manifestants. Le sable ainsi prélevé serait utilisé pour amender les terres agricoles.

Les marins-pêcheurs, en ciré jaune, étaient également très présents à ce rassemblement, organisé par Le Peuple des Dunes, un collectif d'une cinquantaine d'associations et d'organisations professionnelles, selon lequel ce projet menacerait à court terme entre 160 et 450 emplois dans les secteurs de la pêche, la mytiliculture et le tourisme notamment.

De son côté, la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN, groupe Rouillier), a annoncé avoir revu à la baisse son projet devant l'hostilité suscitée.

Désormais, elle envisage de prélever 250.000 m3 de sable par an sur 15 ans, contre 400.000 m3 sur 20 ans à l'origine, soit 2% -contre 4%- du volume de la dune sous-marine dans laquelle serait prélevé le sable, assure-t-elle.

De plus, la CAN a proposé de cesser toute activité chaque année de mai à août "dans un esprit de conciliation avec les professionnels des loisirs nautiques et de la pêche". Elle met également en avant les emplois directs et indirects générés par son activité.

Déposé en 2010 après enquête publique à l'issue de laquelle le commissaire enquêteur avait rendu un avis favorable, le dossier attend la réponse du ministre de l'Economie auquel revient la responsabilité d'accorder ou non la concession minière.

"Accorder le permis contre l'avis des élus du Trégor constituerait un déni de démocratie", avait souligné lors de ses voeux Joël Le Jeune, président de Lannion Trégor Agglomération, qui suggère à la CAN d'aller chercher ce sable calcaire plus au large, comme le font les Britanniques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.