Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Faits divers / Effondrement mortel d'un terminal à Roissy: procès en décembre 2018

Effondrement mortel d'un terminal à Roissy: procès en décembre 2018

Bobigny (AFP) Mardi 20 Février 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Le terminal 2E de l'aéroport de Roissy à Paris le 23 mai 2004, après son effondrement (AFP/Archives-Jack GUEZ)

Au terme de 13 ans d'enquête, quatre sociétés seront jugées en décembre 2018 à Bobigny pour l'effondrement du terminal 2E de l'aéroport de Roissy, qui avait fait quatre morts en 2004, a appris mardi l'AFP de sources concordantes.

Les quatre entreprises, Aéroports de Paris (ADP), le constructeur GTM, filiale de Vinci, le bureau d'études Ingerop et le groupe d'inspection et de certification Bureau Veritas, sont renvoyées devant le tribunal correctionnel pour homicides et blessures involontaires.

Elles comparaîtront du 10 au 14 décembre 2018, ont précisé à l'AFP le tribunal et des avocats.

Le 23 mai 2004, moins d'un an après son inauguration, une partie de la voûte du terminal 2E de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle s'était effondrée sur une trentaine de mètres, tuant quatre voyageurs étrangers âgés de 27 à 37 ans: une Libanaise, une Ukrainienne et deux Chinois.

Sept personnes avaient également été blessées, dont deux policiers de la police aux frontières (PAF) qui venaient d'être dépêchés sur place après le signalement d'une fissure.

Il est reproché aux sociétés poursuivies d'avoir sous-estimé la faible résistance de la voûte en béton armé de cette structure.

Le terminal 2E, dessiné par l'architecte Paul Andreu, également concepteur de l'opéra de Pékin, avait représenté un investissement global de l'ordre de 650 millions d'euros pour ADP, dont 150 millions d'euros pour la jetée d'embarquement où l'effondrement avait eu lieu.

Les experts ont évalué à 50% la part de responsabilité technique d'ADP, contre 25% pour Ingerop, 15% pour GTM et 10% pour Veritas.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.