Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Faits divers / Loire-Atlantique: inquiétudes après la disparition mystérieuse d'une famille

Loire-Atlantique: inquiétudes après la disparition mystérieuse d'une famille

Orvault (France) (AFP) Samedi 25 Février 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Des scellés sur la boîte aux lettres d'une famille de quatre personnes disparues à Orvault, près de Nantes, le 24 février 2017 (AFP-JEAN-SEBASTIEN EVRARD)

Une famille de quatre personnes d'Orvault, au nord de Nantes, a disparu mystérieusement de son domicile où des traces de sang ont été découvertes, suscitant l'inquiétude sur un possible drame au sein de cette famille.

Les quatre personnes - les parents et deux enfants, un garçon âgé de 21 ans et une fille âgée de 18 ans - n'ont pas donné signe de vie depuis le 16 février.

"On arrive à joindre personne", a confié le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, qui, dans un communiqué publié samedi, a précisé qu'une enquête a été ouverte dans le cadre "d'homicides volontaires, enlèvements et séquestrations".

La mère, qui travaille dans un centre d'impôts à Nantes, aurait dû reprendre le travail lundi. Le père, âgé de 49 ans, devait reprendre quant à lui vendredi. Il est employé depuis plus de 10 ans dans une PME spécialisée dans la fabrication d'enseignes lumineuses, à Orvault.

La maison d'une famille de quatre personnes disparues à Orvault, près de Nantes, le 24 février 2017 (AFP-JEAN-SEBASTIEN EVRARD)

"Je l'ai appelé et je suis tombé directement sur sa messagerie", a déclaré à l'AFP, Bertrand Ploquin, le PDG de l'entreprise qui a précisé "ne pas le connaître personnellement".

Inquiète de ce silence inhabituel, la soeur de la mère de famille, originaire du Finistère, a alerté les enquêteurs, jeudi. Des policiers se sont rendus aussitôt au domicile, un pavillon dans un quartier résidentiel d'Orvault, à une dizaine de kilomètres au nord de Nantes, dans lequel vit la famille depuis une dizaine d'années.

Les enquêteurs ont minutieusement fouillé le jardin ainsi que l'intérieur du pavillon d'un étage.

Il y ont découvert notamment "un téléphone portable avec des traces de sang", a indiqué à l'AFP le procureur. D'autres traces de sang ont également été retrouvées dans une pièce de la maison.

- "hypothèse de violences" -

Le 24 février 2017, photo de la maison d'une famille de quatre personnes d'Orvault, au nord de Nantes, qui a disparu mystérieusement de son domicile où des traces de sang ont été découvertes (AFP-JEAN-SEBASTIEN EVRARD)

Ces traces "nous font penser qu'il y a eu une scène de violences sans qu'on ait de détails à ce stade de l'enquête", a-t-il souligné. "Ces traces de sang nous inquiètent, il y a une hypothèse de violences", a t-il insisté.

Pour autant, "il n'est pas possible à ce stade de déterminer avec précision le déroulement des faits, les enquêteurs de la police judiciaire retenant toutes les hypothèses envisageables", a précisé le procureur de Nantes.

L'enquête, confiée à la police judiciaire de Nantes, se poursuivait samedi, a souligné le procureur dans son communiqué.

Des scellés ont été posés par les enquêteurs sur les volets, la porte d'entrée, sur la porte du garage au rez-de-chaussée, sur le portail et sur la boîte aux lettres du pavillon (AFP-JEAN-SEBASTIEN EVRARD)

Les investigations se poursuivent actuellement en différents endroits du territoire national et "sont complétées par un travail d'exploitation de toutes les traces et indices recueillis dans la maison", ajoute M. Sennès.

Des perquisitions ont été menées vendredi dans les résidences des deux enfants, en Vendée et dans le Maine-et-Loire, selon une source proche du dossier, confirmant une information de Presse Océan.

Dans le cadre de l'enquête, des prélèvements ont été effectués par les enquêteurs et les deux véhicules du couple ont été placés sous scellés.

Des scellés ont aussi été posés par les enquêteurs sur les volets, la porte d'entrée, sur la porte du garage au rez-de-chaussée, sur le portail et sur la boîte aux lettres du pavillon, a constaté un photographe de l'AFP.

Sur la porte de la maison, est indiqué "disparition inquiétante", a pu lire le photographe.

Le véhicule du fils n'était pas garé devant le pavillon, selon une source proche du dossier.

"C'étaient des gens réservés, ils étaient là depuis au moins 10 ans, c'était des gens qui ne faisaient pas parler d'eux et n'avaient pas forcément envie de nouer des relations", a confié auprès d'une journaliste de l'AFP une voisine. "Au début, on se disait bonjour et puis après non", a-t-elle ajouté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.