Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / France / Hollande marque le 3e anniversaire du 6 mai 2012 par un appel à la jeunesse

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Hollande marque le 3e anniversaire du 6 mai 2012 par un appel à la jeunesse

Paris (AFP) Mercredi 06 Mai 2015

Le président François Hollande arrive à l'Elysée pour une conférence de presse, le 5 février 2015 à Paris (AFP/Archives-Alain Jocard)

François Hollande a marqué mercredi le troisième anniversaire de sa victoire, le 6 mai 2012, par un appel pressant à la mobilisation politique et civique de la jeunesse dont il a rappelé qu'elle était la "priorité" numéro un de son quinquennat.

"Une société n'a pas le droit de laisser les jeunes douter de leur avenir, c'est pourquoi j'ai fait de la jeunesse une priorité de mon mandat", a lancé le chef de l'Etat devant une assemblée de jeunes, responsables d'organisations étudiantes ou de mouvements associatifs ou syndicaux.

"La France a besoin de vous, ce pays qui est le vôtre ne se fera pas sans vous et encore moins contre vous", a poursuivi François Hollande à la tribune du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

François Hollande multiplie depuis plusieurs semaines les déplacements sur le thème de la jeunesse à un rythme effréné, qui rappelle ses campagnes électorales alors qu'en 2012, le vote des jeunes s'était prioritairement porté sur sa candidature. Il sera encore jeudi dans un collège des Mureaux (Yvelines).

"Etre jeune, c'est une chance et pas une charge, non pas un problème mais une promesse, la jeunesse est une force et pas une menace", a-t-il proclamé, chaleureusement applaudi.

Tout en égrenant les multiples réformes prises en faveur des jeunes depuis son élection, le président Hollande a annoncé de nouvelles mesures comme la "journée défense et citoyenneté", ex-journée d'appel de préparation à la défense, qui deviendra "une journée d'égalité pour l'accès de tous aux formations et à l'information".

Le président François Hollande parle avec des étudiants après l'émission "Le Supplément" sur Canal Plus, le 19 avril 2015 à Paris (POOL/AFP/Archives-Philippe Wojazer)

Au passage, il a volé au secours de la réforme des collèges voulue par la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, au nom de "l'intérêt général".

Mais malgré un empilement de dispositifs (garantie jeunes, service civique, contrats aidés, prime d'activité...), l'action du gouvernement en faveur de l'emploi des jeunes connaît des résultats en dents de scie.

Contrairement aux mois précédents, le nombre de jeunes sans aucune activité s'est fortement accru en mars (+1% par rapport à février), atteignant +1,5% sur un an.

- Travail de reconquête -

Alors que ses opposants étrillent son bilan, M. Hollande s'est fixé lors du Conseil des ministres "trois grands objectifs" pour l'avenir : la confiance d'abord (...), la protection des Français à la fois à l'extérieur et à l'intérieur" et "le progrès".

A l'issue du Conseil, l'ensemble du gouvernement a été convié à un apéritif pour célébrer la victoire de 2012.

Graphique sur l'évolution mensuelle du chômage en France métropolitaine depuis l'arrivée au pouvoir de François Hollande (AFP-afp Infographie/P. Defosseux, afp Infographie/P. Defosseux)

La veille au soir, quelque 200 "Hollandais" - ministres, parlementaires, militants - s'étaient retrouvés à l'Assemblée nationale pour entamer l'indispensable "travail de reconquête" dans la perspective de la

présidentielle de 2017.

Une lourde tâche pour un président qui stagne toujours à des niveaux historiquement bas dans les sondages. Selon une récente enquête CSA, 81% des Français jugent son bilan négatif.

A droite comme à gauche, l'anniversaire a pour beaucoup un goût amer. "Echec social, financier et politique", a tranché Pierre Laurent (PCF). "Bilan totalement négatif", selon Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), "bilan économique et social calamiteux" pour le FN.

"Trois années de tromperies. Quel triste anniversaire!" a lancé pour sa part le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, dans une interview au Figaro, estimant que "l'échec le plus flagrant" de son rival est "celui du chômage".

Le président François Hollande dans son bureau à l'Elysée, le 24 février 2015 (POOL/AFP/Archives-Philippe Wojazer)

Malgré de bons résultats sur la scène internationale (avec le Rafale, vendu coup sur coup à trois pays étrangers, une première), François Hollande entre dans la dernière ligne droite de son quinquennat avec un bilan plombé par un chômage massif. Quelque 3,5 millions de demandeurs d'emploi pointaient le mois dernier à Pôle emploi, un record historique.

Une situation de mauvais augure pour 2017, alors qu'il a conditionné sa candidature à l'inversion de cette courbe ascendante.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.