Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / France / Le chômage atteint un nouveau record, un "échec" de Hollande

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Le chômage atteint un nouveau record, un "échec" de Hollande

Paris (AFP) Vendredi 24 Octobre 2014

Après une légère embellie en août, le chômage est reparti à la hausse en septembre (AFP/Archives-Philippe Huguen)

Un nouveau record du chômage pour la mi-mandat de François Hollande: en septembre, 3,43 millions de demandeurs d'emploi sans activité pointaient à Pôle emploi en métropole, un "échec" selon le ministre du Travail François Rebsamen.

"Soyons honnêtes: nous sommes en échec", reconnaît François Rebsamen dans une interview au Parisien, publiée après la publication des chiffres. "On a beau faire feu de tout bois, tant qu'une croissance plus forte n’est pas là, il n'y a pas assez de création d'emplois", poursuit-il.

Après une légère embellie en août, Pôle emploi a accueilli en septembre 19.200 nouveaux inscrits (+0,6%) en catégorie A (sans aucune activité), a annoncé vendredi le ministère du Travail. La hausse est encore plus nette en incluant les demandeurs d'emploi ayant exercé une activité réduite (+50.200, +1,0%), pour un plus haut historique de 5,13 millions (5,43 millions avec l'Outremer).

"Les réformes ont besoin de temps pour produire leurs effets", a réagi le ministre dans un communiqué, à quelques jours de la mi-mandat de François Hollande. Depuis son élection en mai 2012, plus d'un demi-million de chômeurs supplémentaires ont poussé la porte de Pôle emploi.

En septembre, la situation s'est dégradée dans toutes les classes d'âge.

Chez les jeunes, cible prioritaire des politiques de l'emploi du gouvernement, le chômage a augmenté de 0,4%, mais il reste bien orienté sur un an (-1,2%).

Pour eux, le gouvernement prévoit 45.000 emplois d'avenir de plus fin 2014 et 50.000 en 2015. Il soutient, en outre, un amendement PS au budget 2015 visant à financer 50.000 contrats aidés supplémentaires, dont 15.000 emplois d'avenir.

A l'autre bout de la pyramide des âges, l'explosion du chômage des seniors se poursuit: +1,0% sur un mois, +11,1% sur un an.

Evolution mensuelle du chômage de septembre 2013 à septembre 2014, chiffres jeunes et seniors (AFP-V. Breschi/S. Huet)

Le ministre note, malgré tout, un motif de satisfaction: le chômage des 50 ans et plus "connaît son plus faible trimestre de hausse (+1,8%, ndlr) depuis le premier trimestre 2011, soit plus de trois ans".

Pas de répit, en revanche, pour les chômeurs de longue durée, inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an: +1,5% sur un mois, +10,0% sur un an. Ils représentent 43% de l'ensemble des demandeurs d'emploi. Pour eux, M. Rebsamen doit annoncer un "plan d'action" d'ici à fin novembre.

- 'Droit dans le mur' -

La hausse enregistrée le mois dernier n'est pas une surprise.

Pour Philippe Waechter (Natixis), les mauvais chiffres de septembre, qui sont "cohérents avec la situation de quasi récession", traduisent le pessimisme des "chefs d'entreprises" quant à "l'évolution immédiate de l'activité".

Après un premier semestre de stagnation de l'économie, le gouvernement a divisé par deux ses prévisions de croissance pour 2014, de 1% à 0,4%. Pour 2015, il prévoit 1%, contre 1,7% initialement. Or, pour beaucoup d'économistes, il faut au moins 1,5% de croissance en moyenne pour faire reculer le chômage.

Par conséquent, "il faudra probablement attendre 2016 pour assister à une décrue du chômage", selon Xavier Timbeau, économiste à l'OFCE.

François Hollande après une conférence de presse au Sommet européen à Bruxelles, le 24 octobre 2014 (AFP-Alain Jocard)

Dans l'opposition, les réactions sont encore plus alarmistes. Dénonçant des "chiffres lamentables", le Front national accuse le gouvernement de "se coucher sous cette broyeuse de croissance et d'emplois qu'est l'Union européenne".

De son côté, Laurent Wauquiez, député UMP et soutien de Nicolas Sarkozy, tweete: "Ce n'est pas en assommant les Français d'impôts qu'on inversera la courbe du chômage".

Pour Philippe Vigier, chef des députés UDI, la France "s'engage de manière inexorable sur la pente du déclin".

Dans les rangs syndicaux, Eric Aubin (CGT) estime que les chiffres de septembre sont la preuve que "la politique d'aides aux entreprises nous mène droit dans le mur".

Déplorant une "situation dramatique", Force ouvrière demande, elle aussi, une réorientation de la politique gouvernementale.

Quant à la CFDT, elle "exige du patronat des engagements urgents sur l'emploi et l'apprentissage" dans le cadre du pacte de responsabilité, qui octroie 40 milliards d'euros d'aides aux entreprises.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.