Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / France / Mort du PDG de Total: quatre employés de l'aéroport placés en garde à vue en Russie

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Mort du PDG de Total: quatre employés de l'aéroport placés en garde à vue en Russie

Moscou (AFP) Jeudi 23 Octobre 2014

Un enquêteur sur le site du crash du Falcon du PDG de Total, Christophe de Margerie, à l'aéroport de Vnukovo, près de Moscou, le 21 octobre 2014 (Comité russe d'investigation/AFP/Archives-)

Quatre employés de plus de l'aéroport Vnoukovo, près de Moscou, ont été placés en garde à vue par les autorités russes dans le cadre de l'enquête sur le crash meurtrier de l'avion du patron de Total, a indiqué jeudi le Comité d'enquête russe.

Le chef des nettoyeurs de pistes, le responsable du contrôle des vols, l'aiguilleur du ciel "stagiaire" qui contrôlait le décollage de l'avion de Total et son supérieur qui la supervisait, ont été interpellés et placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête, a précisé l'institution dans un communiqué.

"Comme le suggère l'enquête, ces personnes n'ont pas respecté les normes de sécurité des vols et de travail au sol, ce qui a conduit à la tragédie. Elles sont détenues en tant que suspects", ajoute-t-elle.

L'avion du PDG du géant pétrolier Total est entré en collision dans la nuit de lundi à mardi avec un chasse-neige à l'aéroport Vnoukovo de Moscou avant de s'écraser, provoquant la mort de Christophe de Margerie, de deux pilotes et d'une hôtesse de l'air.

Le conducteur du chasse-neige, Vladimir Martynenko, qui était en état d'ébriété au moment de l'accident selon les enquêteurs, ce que dément son avocat, avait été placé en garde à vue pour 48 heures, mais n'a toujours pas été présenté devant un juge.

Grab vidéo d'Alexander Karabanov, le 22 octobre 2014 à Moscou, l'avocat de Vladimir Martynenko, le conducteur de la déneigeuse à à l'origine du crash meurtrier de l'avion du PDG de Total à l'aéroport de Vnoukovo, près de Moscou (AFP-AFPTV)

Dans les premières images de son interrogatoire montrées mercredi par les télévisions publiques russes, M. Martynenko dit avoir "perdu (ses) repères". "Je ne me suis pas rendu compte que j'entrais sur la piste de décollage", déclare-t-il.

Son avocat a indiqué mercredi qu'il n'était pas seul à travailler et qu'il faisait partie d'une "colonne de déneigeuses".

Vladimir Martynenko a dû, selon lui, sortir de son véhicule pour vérifier sil avait heurté un obstacle, prenant un retard de "30 à 40 secondes", suffisant pour "perdre de vue la colonne".

"Le convoi a quitté la piste, mais l'aiguilleur du ciel n'a pas remarqué qu'un véhicule restait encore" sur la piste, a affirmé l'avocat. L'avion a alors percuté le chasse-neige avant de s'écraser sur le dos en bord de piste.

Les enquêteurs russes, qui ont commencé l'analyse des "boîtes noires" du vol avec leurs homologues français, avaient fustigé la "négligence criminelle" de la direction de l'aéroport, et n'ont pas exclu une responsabilité des contrôleurs aériens.

Selon une source au sein de l'aéroport de Vnoukovo parlant mercredi à l'AFP sous couvert de l'anonymat, l'aiguilleur du ciel qui contrôlait le décollage de l'avion de Total le jour de l'accident était une jeune recrue, embauchée en août.

Elle opérait toutefois sous la supervision d'un contrôleur du ciel réputé, Alexandre Krouglov, connu surtout pour avoir empêché le crash d'un avion en 2007 à Vnoukovo.

Selon le vice-président du Bureau d'enquête pour la sécurité de l'aviation civile russe (MAK), Sergueï Zaïko, l'analyse des données de vol doit prendre "2 à 3 jours".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.