Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / France / Paris affiche sa fermeté face à l'ultimatum des ravisseurs d'un Français en Algérie

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Paris affiche sa fermeté face à l'ultimatum des ravisseurs d'un Français en Algérie

Paris (AFP) Mardi 23 Septembre 2014

Des policiers algériens devant un commissariat à Tizi Ouzou, à l'est de l'Algérie, le 14 août 2011. Le guide Hervé Gourdel a été enlevé alors qu'il entamait un trek en Kabylie (AFP/Archives-Farouk Batiche)

"Aucune discussion, aucune négociation": Manuel Valls affiche la fermeté face au groupe lié aux jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) qui a enlevé un Français en Algérie et menace de l'exécuter d'ici la fin de journée si la France ne cesse pas ses frappes en Irak.

Depuis Berlin où il est en visite officielle, le Premier ministre a réaffirmé mardi matin la position déjà affichée lundi soir par le chef de la diplomatie Laurent Fabius: la France n'engagera "aucune discussion, aucune négociation" avec les ravisseurs d'Hervé Gourdel.

Ce Niçois de 55 ans passionné de photographie, guide de haute montagne du parc national du Mercantour, a été enlevé, selon les autorités françaises et algériennes, dimanche soir dans la région de Tizi Ouzou, à 110 km à l'est d’Alger.

Le groupe jihadiste algérien "Jund al-Khilafa" a revendiqué cet enlèvement dans une vidéo. Assis par terre, entouré de deux hommes masqués et armés de kalachnikovs, l'otage demande à François Hollande de le sortir de cette situation. Les ravisseurs ont menacé lundi soir de l'exécuter dans les 24 heures si la France n'arrêtait pas ses frappes contre l'EI en Irak.

Mardi, des troupes d'élite du service de la lutte antiterroriste de l'armée algérienne tentaient de localiser l'otage en passant au peigne fin une zone montagneuse à l'est d'Alger, entre les départements de Tizi Ouzou et de Bouira.

Carte de localisation de Tizi Ouzou où un touriste français a été enlevé dimanche soir (AFP-K.Tian, D. Mayer)

"C'est toute la perfidie du terrorisme que d'avoir recours au chantage, à la mort, de menacer. Si on cède, si on recule d'un pouce, on lui donne cette victoire", a fait valoir M. Valls, ancien ministre de l'Intérieur.

L'annonce de cet enlèvement est survenue lundi, quelques heures après que l'organisation ultraradicale Etat islamique a appelé les musulmans à tuer des citoyens, notamment américains et français, des pays formant la coalition internationale contre le groupe jihadiste en Irak et en Syrie.

La France participe à cette coalition, notamment depuis vendredi matin via des frappes aériennes en Irak, quelques jours après avoir accueilli une conférence internationale pour tenter de conjurer la menace d'EI, qui occupe un vaste territoire à cheval sur l'Irak et la Syrie.

- Voix discordantes -

La France "est une grande nation qui assume totalement ses responsabilités" en Irak, a insisté mardi matin Manuel Valls, qui donnera mercredi à l'Assemblée nationale "les explications, les fondements, les buts de ces frappes".

Le Parlement a été convoqué en session extraordinaire pour cette déclaration suivie d'un débat sur l'intervention française qui recueille un assez large consensus politique en France. Le député Yves Jégo notamment a appelé, au nom de l'UDI, à "l'unité nationale".

"Il faut, face à l'essentiel, c'est-à-dire la terreur qui veut frapper nos intérêts et nos valeurs, oui, se rassembler", a plaidé M. Valls.

Quelques voix discordantes se font cependant entendre, tel Alain Marsaud, député UMP et ancien magistrat antiterroriste, opposé à une intervention qui fait selon lui de la France "la cible N.1" des jihadistes. Les députés Laurent Wauquiez et Thierry Mariani (UMP) ont saisi l'occasion pour reformuler une vieille revendication de la droite dure, également portée par le Front National: la déchéance de la nationalité française pour les binationaux partis faire le jihad.

Bien que la France ait limité son intervention aérienne au territoire irakien, une nouvelle étape de l'offensive contre EI a été franchie dans la nuit de lundi à mardi: l'armée américaine et des pays arabes ont pour la première fois bombardé des positions de l'EI en Syrie.

En France, si les derniers attentats à la bombe commis par des islamistes radicaux remontent au milieu des années 1990, les filières jihadistes, jadis en Irak et Afghanistan aujourd'hui en Syrie et en Irak, font régulièrement craindre des actions violentes sur le territoire.

Selon le gouvernement, environ 930 Français, soit le plus gros contingent européen, sont impliqués dans le jihad en Syrie, dont quelque 350 actuellement sur place et près de 120 déjà revenus.

L'Assemblée a largement adopté jeudi le projet de loi de "lutte contre le terrorisme", qui crée une interdiction de sortie du territoire pour empêcher le départ de jeunes Français candidats au jihad vers la Syrie.

"Je veux convaincre nos concitoyens - non pas leur faire peur - mais les convaincre que jamais nous n'avons fait face à une telle menace, en France et en Europe", a également déclaré M. Valls.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.