Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / France / Plombée par les affaires, la campagne présidentielle s'envenime

Plombée par les affaires, la campagne présidentielle s'envenime

Paris (AFP) Vendredi 24 Mars 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

François Fillon sur le plateau de "L'émission politique", le 23 mars 2017 (AFP-THOMAS SAMSON)

Le climat de la campagne s'est envenimé avec les accusations lancées par François Fillon contre un supposé "cabinet noir" à l'Elysée, qui lui a attiré une très vive riposte de François Hollande et la réprobation des autres candidats.

"Je ne veux pas rentrer dans le débat électoral, je ne suis pas candidat, mais il y a une dignité, une responsabilité à respecter. Je pense que M. Fillon est au-delà maintenant, ou en deçà", a déclaré le chef de l'Etat à l'antenne de Franceinfo et France Bleu vendredi.

M. Hollande a de nouveau nié, non sans une pointe d'humour, l'existence d'un "cabinet noir" à l'Elysée.

"Ecoutez, il y a un cabinet heureusement, qui travaille, mais nous n’avons pas à nous mêler des affaires et vous savez ma position, ça a toujours été l’indépendance de la justice, le respect de la présomption d’innocence et ne jamais interférer", a répondu le chef de l'Etat. Avec une petite pique en prime: "Je crois que c’est très différent de mes prédécesseurs."

"Tout est clair ici, et ce qui n'est pas clair c'est ce que François Fillon doit justifier auprès de la justice", a encore déclaré M. Hollande.

François Hollande à l'Elysée le 23 mars 2017 à Paris (POOL/AFP-CHRISTIAN HARTMANN)

A l'occasion de son passage à "L'Emission politique" de France 2, M. Fillon, mis en examen pour détournement de fonds publics et recel et complicité d'abus de biens sociaux, avait accusé jeudi soir M. Hollande d'organiser, à la tête d'un "cabinet noir", les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

Le candidat a dit s'appuyer pour ses accusations sur un ouvrage écrit par trois journalistes ("Bienvenue Place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat"), dont Valeurs actuelles a publié des extraits.

Le livre "Bienvenue place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat" par Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbe, exposé lors du Salon du Livre à Paris, le 24 mars 2017 (AFP-CHRISTOPHE SIMON)

ouvrage Vendredi soir, le candidat LR est reparti à la charge en accusant la gauche de vouloir "tuer Fillon" lors d’un meeting à Biarritz. "La seule façon de sauver la gauche, c’est de tuer Fillon", a-t-il lancé dans un bref discours devant une assistance d’environ 2.000 personnes relativement atone.

De leur côté, les coordinateurs de sa campagne, Bruno Retailleau et Christian Jacob, ont demandé "solennellement à la justice de mener une enquête car le doute ne peut pas subsister sur des accusations aussi graves touchant le sommet de l’Etat et même le Président de la République".

Penelope Fillon sur le plateau de "L'émission politique", le 23 mars 2017 à Paris (AFP-Thomas SAMSON)

Mais l'un des auteurs du livre, Didier Hassoux, a démenti les propos de M. Fillon et dénoncé une instrumentalisation de son livre par un homme "aux abois" qui "essaie de faire un coup".

Même démenti du ministre des Finances Michel Sapin sur une utilisation politique de Tracfin, le service chargé de lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

"Jamais Tracfin ne communique ni à Christian Eckert (secrétaire d'Etat au Budget, ndlr) ni à moi-même, ni à toute autre autorité publique des informations sur la situation des personnes", a-t-il martelé.

- 'diffamation' -

Benoît Hamon entouré de journalistes le 23 mars 2017 lors d'une visite à Strasbourg (AFP-PATRICK HERTZOG)

Le candidat socialiste Benoît Hamon a pour sa part estimé que François Fillon était "indigne de la fonction présidentielle".

Il s'est notamment indigné que le candidat LR ait "compar(é) sa situation à celle de Pierre Bérégovoy".

En déplacement à Moscou, Marine Le Pen, elle aussi inquiétée par une affaire d'emploi supposé fictif d'assistants parlementaires européens, a indiqué de son côté qu'elle préférait "laisser se bagarrer" François Fillon et Françoise Hollande.

Affaire Fillon : la procédure (AFP-Simon MALFATTO, Paz PIZARRO, Thomas SAINT-CRICQ, Sabrina BLANCHARD, Iris ROYER DE VERICOURT)

"Il ne faut pas commencer à accuser tout le monde de tout et n’importe quoi parce que ça s’appelle de la diffamation et du soupçon généralisé", a réagi de son côté Emmanuel Macron, en visite au Salon du Livre.

"Il y en a deux (François Fillon et Marine Le Pen, ndlr) qui sont dans les affaires et ils voudraient s'en dispenser en insultant tout le monde et en jetant le soupçon sur tout le monde. Non! On a le droit de continuer à être dans un Etat de droit responsable", a-t-il dit.

Danielle Simonnet, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a exprimé son "ras-le-bol de ces affaires qui polluent complètement le débat de l'élection présidentielle et qui montrent à quel point notre monarchie présidentielle est pourrie par ces logiques affairistes et de corruption".

Pendant ce temps-là, les juges continuent leur travail. L'ex-suppléant de François Fillon à l'Assemblée, Marc Joulaud, a été à son tour mis en examen vendredi pour "détournement de fonds publics en lien avec un emploi fictif ou surévalué".

L'actuel maire LR de Sablé-sur-Sarthe avait succédé à l'Assemblée à François Fillon, et salarié l'épouse de ce dernier comme assistante parlementaire de 2002 à 2007.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.