Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / France / Sarkozy annonce officiellement sa candidature à la tête de l'UMP

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Sarkozy annonce officiellement sa candidature à la tête de l'UMP

Paris (AFP) Vendredi 19 Septembre 2014

L'ancien président Nicolas Sarkozy salue la foule le 30 janvier 2014 à Chatelaillon-Plage (ouest de la France) (AFP/Archives-Xavier Leoty)

Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi qu'il était candidat à la présidence de l'UMP, un parti qu'il souhaite "transformer de fond en comble" d'ici trois mois, en vue de créer un "vaste rassemblement" dépassant "les clivages traditionnels", sur ses comptes Facebook et Twitter.

Depuis sa défaite, le 6 mai 2012, il affirme avoir "pu prendre le recul indispensable pour analyser le déroulement de (son) mandat, en tirer les leçons". Il ajoute "écarter tout esprit de revanche ou d’affrontement".

Dans ce texte d'un peu moins de 700 mots, dans lequel il ne mentionne pas le nom de l'UMP - qu'il appelle sa "famille politique" - il assure qu'au cours de ses "échanges" avec les Français depuis qu'il n'est plus président, il a "vu monter comme une marée inexorable le désarroi, le rejet, la colère à l’endroit du pouvoir, de sa majorité mais plus largement de tout ce qui touche de près ou de loin à la politique".

"J’ai senti chez beaucoup de Français la tentation de ne plus croire en rien ni en personne, comme si tout se valait, ou plutôt comme si plus rien ne valait quoi que ce soit. Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément", écrit-il.

Affirmant s'être "interrogé sans concession sur l’opportunité d’un retour à la vie politique", il propose aujourd'hui "aux Français un nouveau choix politique".

"Car, au fond, ce serait une forme d'abandon que de rester spectateur de la situation dans laquelle se trouve la France, devant le délitement du débat politique, et la persistance de divisions si dérisoires au sein de l’opposition", a-t-il ajouté.

Jean-François Copé a quitté en juin la présidence de l'UMP, poussé dehors en raison de l'affaire Bygmalion sur laquelle enquête la justice.

Le "vaste rassemblement" que souhaite l'ancien chef de l'Etat sera doté "d’un nouveau projet, d’un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre et d’une nouvelle équipe qui portera l’ambition d’un renouveau si nécessaire à notre vie politique".

La galaxie Sarkozy à l'UMP (AFP-V.Lefai/JM Cornu)

Il promet ce nouveau rassemblement d'ici "trois mois" et "s'adressant à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité".

"Nous aurons besoin de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés". "Il nous faut tourner la page des divisions et des rancunes afin que chacun puisse s'inscrire dans un projet, par nature, collectif", poursuit-il alors que son parti depuis la guerre Copé/Fillon pour la présidence à l'automne 2012 ne cesse de se déchirer.

"Je connais les difficultés qui nous attendent", ajoute-t-il. "Mais l'enjeu nous dépasse tellement, les perspectives sont si exaltantes, le redressement si nécessaire qu'à mes yeux les obstacles paraissent dérisoires", écrit-il.

"Que chacun soit convaincu de la force et de la sincérité de mon engagement au service de la France", achève-t-il en signant de ses initiales NS.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.