Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Insolite / Il part en transhumance pour rejoindre sa compagne enceinte

Il part en transhumance pour rejoindre sa compagne enceinte

Rennes (AFP) Mardi 21 Novembre 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Des vaches près à Le Bigon près de Nantes le 23 mars 2015 (AFP/Archives-GEORGES GOBET)

Plus de 130 km le long des chemins de Bretagne en compagnie de neuf vaches de race pie noir... Hadrien Retailleau, jeune éleveur, effectue actuellement une transhumance pour rejoindre sa bien-aimée, Bleuenn, enceinte de trois mois.

Il y a Fripouille, la meneuse, Brindille, la doyenne, Luzerne, Nevezhanv ou encore Nerzhus. Cinq vaches et quatre veaux avec lesquels Hadrien Retailleau a quitté à pied, le 14 novembre dernier, sa ferme de Trémargat (Côtes-d'Armor) en direction de Plabennec (Finistère), où est installée sa compagne.

"J'avais envie d'un beau voyage avant de me poser pour de bon", confie le jeune homme de 28 ans à l'AFP, joint par téléphone, depuis Saint-Thégonnec, dans les Monts d'Arrée.

Accompagné d'amis et de proches, il s'est donné deux semaines pour accomplir son périple, à raison d'une dizaine de kilomètres par jour. "Les vaches ne sont pas forcément habituées à marcher, mais elles suivent bien et n'ont pas peur de la circulation", assure-t-il.

La caravane a reçu depuis le début de son parcours, minutieusement préparé à l'avance, un accueil chaleureux et amusé. Certains curieux, alertés par la presse locale, se sont même spontanément joints au groupe, qui dort chaque nuit dans un grand tipi.

Devenu éleveur après avoir obtenu un master en langue arabe, Hadrien Retailleau avait rejoint il y a un peu plus d'un an le village alternatif de Trémargat, laboratoire écologique et social.

"Un modèle à l'opposé de ce qui m'attend à Plabennec, où a fleuri dans la deuxième moitié du 20ème siècle l'élevage industrialisé et productiviste", souligne-t-il.

Aux côtés de Bleuenn, paysanne boulangère rencontrée il y a trois ans lors d'une formation, le futur papa compte se lancer dans la production de fromage bio une fois que ses vaches pie noir auront goûté à un repos bien mérité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.