Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Média / Sanction contre C8: 3 millions pour le canular jugé homophobe d'Hanouna

Sanction contre C8: 3 millions pour le canular jugé homophobe d'Hanouna

Paris (AFP) Mercredi 26 Juillet 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

L'animateur vedette de C8 Cyril Hanouna le 8 juin 2016 à Paris (AFP/Archives-JOEL SAGET)

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a sanctionné pour la troisième fois C8 et l'émission phare de Cyril Hanouna "Touche pas à mon poste" avec une amende de 3 millions d'euros pour un canular jugé homophobe qui a suscité près de 40.000 plaintes de téléspectateurs.

Dans cette séquence diffusée le 18 mai, l'animateur vedette de C8 Cyril Hanouna piège en direct au téléphone des personnes, principalement des hommes homosexuels, qui ont répondu à une petite annonce qu'il avait publiée sur un site de rencontres.

"L'animateur a, tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles. Le CSA a estimé qu'en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations", souligne le régulateur dans sa décision.

Le canular a entraîné une avalanche de plaintes auprès du CSA, 39.200 à ce jour soit un record absolu, et suscité de nombreuses réactions d'associations de lutte contre l'homophobie, ainsi que le retrait de plusieurs annonceurs.

C8 a immédiatement fait part de son intention de déposer un recours, dénonçant un "traitement inéquitable et discriminatoire" et "renouvelant son incompréhension relative à l'acharnement du CSA sur son programme-phare".

Le CSA n'a pas suivi la recommandation du magistrat chargé d'instruire le dossier qui avait préconisé la suspension, pendant une semaine à la rentrée, de "TPMP" ou de "toute autre émission analogue".

"C'est une décision historique, fondatrice, qui marque une ligne rouge : il ne faut plus d'homophobie dans les médias français et on ne peut plus humilier les homosexuels à la télé et à la radio aujourd'hui", a salué Joël Deumier, président de SOS homophobie.

"La sanction, pour être efficace, doit être dissuasive. Le fait de taper financièrement, au porte-monnaie, permet de dissuader les autres diffuseurs", a-t-il souligné auprès de l'AFP.

- 47.000 plaintes -

Cette amende est l'une des plus fortes jamais infligées par le CSA, dont la sanction la plus lourde, une amende de 30 millions de francs (environ 4,5 millions d'euros), avait été imposée à TF1 en 1992 pour non respect de ses quotas d’œuvres de diffusion en français.

"Bon bah les chéris le truc le plus important à retenir c'est qu'on sera à l'antenne le 1er septembre pour une nouvelle saison de ouf !!", a minimisé dans un tweet Cyril Hanouna, qui est également producteur de l'émission.

L'animateur controversé, qui s'était excusé pour cette séquence, a annoncé une nouvelle formule de son émission pour la rentrée, qu'il souhaite voir "monter en gamme".

Habitué des polémiques, "TPMP" est le programme qui a suscité le plus de plaintes auprès du CSA: près de 47.000 au total depuis sa création il y a plusieurs années.

Depuis 2015, le CSA dit avoir traité près de 16 dossiers : pour quatre d'entre eux, le régulateur a indiqué qu'il n'y avait pas eu de manquement, "prenant notamment en compte le caractère qui se voulait humoristique de l'émission".

Pour les autres dossiers, le régulateur indique avoir "privilégié le dialogue et multiplié les avertissements, sans manifestement être entendu".

Début juin, le Conseil avait privé de publicité pour trois semaines l'émission, une double sanction inédite décidée après deux séquences diffusées en novembre et décembre 2016, épinglées respectivement pour atteinte au respect de la personne humaine et pour sexisme.

Le groupe Canal+, maison mère de C8, qui a contesté cette décision en justice, réclame 13 millions d'euros de dédommagement au CSA.

"Cette nouvelle sanction frappe, comme les deux précédentes prononcées il y a à peine plus d’un mois, par son caractère disproportionné", regrette C8.

"C8 a eu l'occasion, au cours des dernières semaines, de présenter au CSA de nombreuses séquences problématiques sur d'autres télévisions ou radios qui n'ont provoqué aucune réaction de sa part", souligne la chaîne, qui estime que "cette décision fragilisera, de nouveau, l’équilibre économique du groupe Canal qui est le principal soutien financier de la création française et du sport notamment".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.