Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Monde / Barzani tient au référendum au Kurdistan irakien malgré les pressions

Barzani tient au référendum au Kurdistan irakien malgré les pressions

Erbil (Irak) (AFP) Vendredi 22 Septembre 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani, ici le 21 décembre 2014 à Mossoul, souhaite maintenir à tout prix le référendum d'indépendance. (AFP/Archives-SAFIN HAMED)

Le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani a martelé vendredi son intention de tenir lundi son référendum d'indépendance mais les négociations se poursuivent pour tenter de le faire changer d'avis.

Alors que le dirigeant kurde multiplie les meetings populaires dans les principales villes de la région autonome et dans la province disputée de Kirkouk, les pressions et menaces internationales s'intensifient pour annuler cette consultation qui pourrait entraîner des troubles dans le pays.

"Maintenant le référendum n'est plus entre mes mains, ni entre celles des partis (politiques), il est entre les vôtres", a-t-il lancé lors de son dernier meeting devant des milliers de personnes réunies au stade de football d'Erbil.

"Nous sommes prêts à un dialogue sérieux (...) avec Bagdad, mais après le 25 septembre, parce que maintenant c'est trop tard" a-t-il ajouté.

Cependant les pressions et les négociations se poursuivent pour le faire changer d'avis, ont indiqué à l'AFP des responsables proches des discussions.

"Rien n'est bouclé, on continue à discuter pour essayer de lui offrir des garanties sérieuses qui le fassent changer d'avis", a dit l'un d'eux sous le couvert de l'anonymat.

Selon les autorités kurdes, une victoire du "oui" n'entraînera pas illico l'annonce de l'indépendance mais constituera un moyen de pression pour arracher au pouvoir central de Bagdad des concessions sur les contentieux liés au pétrole et aux finances.

En 2014, en raison d'un conflit sur les exportations de pétrole, Bagdad avait décidé de ne plus verser à la région kurde les 17% du budget national, soit 12 milliards de dollars.

Les conséquences se sont faites immédiatement sentir puisque ce transfert représentait 80% des recettes du budget de la région et les salaires, y compris ceux des combattants kurdes peshmergas ont été écornés.

- 'Rejeté aujourd'hui ou dans le futur' -

Les Kurdes (AFP-Thomas SAINT-CRICQ, Jean Michel CORNU)

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exprimé jeudi dans un communiqué "sa préoccupation face à l'impact potentiellement déstabilisateur du projet du gouvernement régional du Kurdistan de tenir de manière unilatérale un référendum la semaine prochaine".

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a quant à lui affirmé mardi rejeter toute forme de référendum "aujourd'hui ou dans le futur, qu'il se tienne dans la région du Kurdistan dans les frontières de 2003 ou dans les zones disputées".

Les régions disputées sont des zones qui sont constitutionnellement sous l'autorité de Bagdad et que le Kurdistan revendique, comme la région pétrolière de Kirkouk, des zones dans le nord et le centre du pays.

Les pressions internationales se poursuivent aussi. L'Arabie saoudite a appelé mercredi M. Barzani à renoncer au référendum pour éviter de "nouvelles crises".

Le chef d'une unité d'élite des Gardiens de la révolution iraniens, le général Qassem Soleimani, s'est rendu une nouvelle fois au Kurdistan pour une ultime rencontre avec des responsables, a affirmé à l'AFP une source kurde haut placée.

Il était vendredi à Souleimaniyeh et devait se rendre ensuite à Erbil afin "d'avertir les responsables kurdes que l'Iran est sérieusement hostile (au référendum) et de les mettre en garde afin qu'ils y renoncent", selon cette source.

"Il a informé ses interlocuteurs que l'Iran faisait pression sur Bagdad pour qu'il accepte les demandes kurdes et règle le contentieux sur le budget, le salaire des peshmergas et les régions disputées", a-t-elle ajouté.

- Prise d'Al-Charqat' -

Mais Massoud Barzani refuse toujours officiellement de changer de position. Il a rejeté jeudi "l'initiative" du président irakien, le Kurde Fouad Maasoum. Celui-ci proposait, dans un document que l'AFP a pu consulter, l'ouverture de "négociations sans préconditions" appuyées par l'ONU.

Il suggérait la création d'un Haut comité présidé par le chef de l’État comprenant les Premiers ministres d'Irak et du Kurdistan ainsi que le président du Parlement irakien.

Les craintes que ce référendum ne déclenche des troubles dans le pays déjà miné par sa guerre contre le groupe Etat islamique (EI) sont importantes. La semaine passée, Hadi al-Ameri, chef de l'organisation Badr, un puissant groupe paramilitaire chiite soutenu par Téhéran, avait mis en garde contre le risque d'une "guerre civile".

Malgré cette crise, les forces gouvernementales irakiennes sont parvenues vendredi à s'emparer entièrement d'Al-Charqat, une localité au nord de Bagdad tenue par l'EI, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cette localité se trouve à 30 km au nord-ouest du principal objectif des forces irakiennes dans le nord du pays: Hawija, une localité tombée aux mains des jihadistes en juin 2014.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.