Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Monde / Des tirs et des explosions dans un quartier diplomatique de Kaboul

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Des tirs et des explosions dans un quartier diplomatique de Kaboul

Kaboul (AFP) Mardi 26 Mai 2015

Des policiers afghans sur le lieu de l'attaque dans le quartier de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 26 mai 2015 (AFP-)

Des tirs sporadiques et de lourdes explosions ont secoué mardi soir un quartier de Kaboul abritant des ambassades et des habitations pour diplomates, a constaté un journaliste de l'AFP, la police affirmant qu'un établissement hôtelier pourrait être la cible de l'attaque.

"Un nombre indéterminé d'hommes armés a attaqué ce que nous pensons à ce stade être une résidence hôtelière dans le quartier de Wazir Akbar Khan", a déclaré le porte-parole de la police de Kaboul Ebadullah Karimi.

Il pourrait s'agir de l'hôtel Heetal, détenu par la famille du ministre des Affaires étrangères Salahuddin Rabbani, a déclaré à l'AFP un responsable des services de sécurité afghans sous couvert de l'anonymat.

Cet hôtel avait été endommagé en 2009 par un attentat-suicide devant son entrée, qui avait fait huit morts et 40 blessés.

L'attaque de mardi a débuté vers 23h00 locales (18h30 GMT).

Les forces de sécurité afghanes sont sur place pour répondre à l'attaque, a ajouté M. Karimi, en précisant que les attaquants avaient notamment lancé des grenades à main.

Le quartier de Wazir Akhbar Khan, qui abrite plusieurs ambassades et résidences pour diplomates, a été la cible des talibans à plusieurs reprises par le passé.

Aucune organisation n'a immédiatement revendiqué cette attaque.

Des policiers afghans sur le lieu de l'attaque dans le quartier de Wazir Akbar Khan à Kaboul, le 26 mai 2015 (AFP-)

Les talibans ont lancé fin avril leur traditionnelle "offensive de printemps", qu'ils ont baptisée "Azm" ("Détermination"), marquée depuis par des attentats réguliers et des combats quasi quotidiens contre les forces de sécurité afghanes.

Au moins 26 policiers et soldats, ainsi qu'une femme, ont été tués dans une série de raids rebelles talibans menés en moins de 24 heures dans le sud instable de l'Afghanistan, ont annoncé plus tôt dans la journée de mardi les autorités locales.

Lundi plus de 70 civils ont été blessés lorsqu'un kamikaze taliban a précipité un camion chargé d'une tonne d'explosifs contre un complexe gouvernemental dans le sud du pays.

A Kaboul, un attentat taliban à la voiture piégée a tué quatre personnes et fait des dizaines de belssés le 19 mai dernier, sur le parking du ministère de la Justice.

Bien que les talibans disent viser avant tout les forces de sécurité afghanes, qui payent un lourd tribut au conflit, et leurs alliés occidentaux, ces attaques tuent de plus en plus de civils, selon l'ONU, qui a recensé une hausse de 16% du nombre de victimes civiles dans les 4 premiers mois de 2015 par rapport à la même période de 2014.

La nouvelle "saison des combats" est la première sans la présence massive des forces internationales, après les 13 années de conflit qui ont suivi la chute du régime taliban en 2001.

Depuis le départ de l'essentiel des troupes de combat de l'Otan en décembre, les forces de sécurité afghanes sont seules face à l'insurrection talibane. Une force résiduelle de quelque 12.500 hommes est restée sous la bannière de l'Otan pour assurer la formation de l'armée locale jusqu'en 2016.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.