Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Monde / Grèce: Tsipras sacrifie Varoufakis pour se rapprocher des créanciers

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Grèce: Tsipras sacrifie Varoufakis pour se rapprocher des créanciers

Athènes (AFP) Lundi 06 Juillet 2015

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras à son arrivée à une réunion avec les dirigeants politiques le 6 juillet 2015 à Athènes (AFP-LOUISA GOULIAMAKI)

Largement victorieux, Alexis Tsipras a fait lundi un geste à l'égard de ses créditeurs avec le départ de son sulfureux ministre des finances Yannis Varoufakis, avant un sommet franco-allemand à Paris, crucial pour l'avenir de la Grèce dans l'Europe.

L'annonce surprise a été faite par l'iconoclaste ministre grec, universitaire entré en politique il y a cinq mois, mais c'est bien Alexis Tsipras, premier chef d'un gouvernement de gauche radicale en Europe, qui a pris la décision de sacrifier ce collaborateur qu'il avait jusqu'ici soutenu contre les critiques de ses partenaires européens.

Dans un communiqué, Varoufakis explique avoir été informé de la "préférence de certains membres de l'Eurogroupe, et de +partenaires+ associés, (...) pour (son) +absence+ des réunions; une idée que le Premier ministre a jugée potentiellement utile à l'obtention d'un accord".

Le Premier ministre grec Yanis Varoufakis lors d'une conférence de presse le 5 juillet 2015 à Athènes (AFP-ANDREAS SOLARO)

Ce choix d'Alexis Tsipras, fort de la victoire du "non" à 61,31% au référendum sur les propositions des créanciers, intervient à quelques heures d'une rencontre à Paris de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français François Hollande, alors que plane l'incertitude sur le maintien de la Grèce dans la zone euro.

Athènes est fermement convaincue que les négociations sur les réformes et les mesures budgétaires débattues avec l'UE et le FMI depuis cinq mois peuvent reprendre dès lundi.

- La BCE décisive -

La situation est d'autant plus urgente que la Grèce n'a plus d'argent, ses banques sont fermées depuis une semaine et fragilisées par les récents retraits massifs de Grecs anxieux.

Le président de la BCE Mario Draghi et le président François Hollande le 25 juin 2015 à Bruxelles (AFP/Archives-ALAIN JOCARD)

Tous les regards sont tournés vers la BCE qui depuis plusieurs jours a consenti à maintenir en coma artificiel les banques du pays au moyen de prêts d'urgence, les fameux ELA, et doit décider si elle veut continuer de le faire, au risque de violer ses règles. Une réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, annoncée dès vendredi par le gouverneur de la Banque d'Autriche Ewald Nowotny, est prévue lundi.

Le ministre des Finances français Michel Sapin en a appelé lundi matin à l'institution monétaire: le niveau des liquidités fournies aux banques grecques "ne peut pas être abaissé", a-t-il argué sur la radio Europe 1.

Paris et Berlin sont "d'accord" pour dire qu'il faut "respecter le vote" des Grecs, mais sont loin d'avoir une vision commune de la réponse à apporter à ce scrutin, qui, plus largement, divise les dirigeants de la zone euro. Un sommet de la zone euro aura lieu mardi soir à Bruxelles.

La crise financière grecque (AFP-G. Handyside/J. Storey, jfs/pld/dmk)

Le porte-parole du gouvernement français Stéphane Le Foll a pressé lundi le gouvernement grec de faire de "nouvelles propositions", estimant toutefois que "personne", chez les "dirigeants responsables", ne veut de la sortie de la Grèce de la zone euro.

Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel a pourtant jugé "difficilement imaginables" de nouvelles négociations dans ces circonstances, déclarant même que le Premier ministre grec Alexis Tdipras avait "coupé les derniers ponts" entre son pays et l’Union européenne, dans un entretien au quotidien Tagesspiegel paru lundi.

Le chef de l'Eurogroupe et ministre des Finances des Pays-Bas, Jeroen Dijsselbloem, a quant à lui jugé le résultat du vote "très regrettable pour l'avenir de la Grèce".

Le ministre slovaque des Finances Peter Kazimir jugeait pour sa part que, désormais, un Grexit - sortie de la Grèce de la zone euro - était "un scénario réaliste".

- Les créanciers se consultent -

Mais M. Tsipras a assuré à ses compatriotes que le résultat du référendum ne marquait pas "une rupture avec l'Europe", mais au contraire "un renforcement du pouvoir de négociation" de son gouvernement. Il a déclaré que "cette fois la dette serait sur la table" de ces négociations.

Des Grecs célèbrent la victoire du non au référendum le 5 juillet 2015 à Athènes (AFP-LOUISA GOULIAMAKI)

Lundi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devait consulter dans la matinée lors d'une conférence téléphonique Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, Donald Tusk, président du Conseil européen, et Mario Draghi, patron de la Banque centrale européenne (BCE).

Sous l'effet du "non" grec, les marchés asiatiques ont cédé du terrain lundi, l'euro limitant cependant ses pertes. Tokyo a terminé en recul de 2,08%, Hong Kong de 3,18%, Sydney a clôturé en repli de 1,14%.

L'euro s'est ponctuellement redressé face au dollar dans les échanges asiatiques après la démission de Yanis Varoufakis.

Dans cette situation périlleuse, le Premier ministre grec pouvait au moins se féliciter d'avoir remporté le pari du référendum, cinq mois après sa victoire aux élections législatives de janvier.

M. Tsipras, qui aura 41 ans ce mois-ci, a adressé dimanche soir un message d'union à ses compatriotes: quel que soit le vote choisi au référendum, "nous ne faisons qu'un", a-t-il dit. Le raz de marée du "non" a emporté avec lui l'ex-Premier ministre et leader du parti conservateur Nouvelle Démocratie Antonis Samaras, qui a démissionné de ses fonctions.

D'une question simple posée aux Grecs, en substance "Approuvez-vous la proposition de réformes mise sur la table le 25 juin par les créanciers du pays (FMI, UE, BCE)?", les créanciers avaient fait un plébiscite pour ou contre un euro auquel les Grecs sont très attachés, à 74%.

Pour parachever la dramatisation de ce scrutin, ils avaient refusé, la semaine dernière, de poursuivre le programme d'aide en vigueur depuis 2012, laissant la Grèce - qui n'a plus reçu d'aide depuis août 2014 - manquer un paiement de 1,5 milliard au FMI, événement financier rarissime.

Mais les Grecs ont semblé dépasser leur anxiété pour dire le "grand non" espéré par M. Tsipras aux créanciers, qui exigent des réformes très dures de la Grèce depuis 2010, en échange de 240 milliards d'euros de prêts ou promesses de prêts, qui ont porté la dette grecque à près de 180% du PIB.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.