Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Monde / L'Opep se réunit sans consensus préalable pour baisser sa production

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

L'Opep se réunit sans consensus préalable pour baisser sa production

Vienne (AFP) Jeudi 27 Novembre 2014

Réunion des pays membres de l'Opep, le 27 novembre 2014 à Vienne, en Autriche (AFP-Samuel Kubani)

Les pays de l'Opep étaient réunis jeudi à Vienne pour prendre leur décision la plus importante depuis des années, qui pourrait déboucher sur un maintien de leur plafond de production d'or noir, faute de consensus pour le réduire, une perspective qui plombait les cours du pétrole.

Les ministres des douze pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole se sont retrouvés dans la matinée à son siège, situé dans la capitale autrichienne, pour élaborer un compromis.

Alors que les prix du pétrole brut ont chuté de plus de 30% depuis juin, en raison d'une offre surabondante et d'une demande affaiblie, ils devaient trancher entre une baisse de leur plafond de production collectif, fixé à 30 millions de barils par jour depuis trois ans (près du tiers de l'offre pétrolière mondiale), ou un maintien éventuellement assorti d'un engagement à mieux respecter ce niveau.

Le ministre du Pétrole saoudien, Ali al-Nouaïmi, à la réunion de l'Opep à Vienne, le 27 novembre 2014 (AFP-Samuel Kubani)

Mais les déclarations des différentes délégations n'ont montré aucun consensus en faveur d'une réduction de ce plafond.

A la place, l'Opep pourrait se contenter de le maintenir au même niveau, tout en s'engageant à l'appliquer avec plus de discipline, alors que sa production effective le dépasse d'environ 600.000 barils par jour, selon l'Agence internationale de l'énergie.

- Les cours poursuivent leur dégringolade -

Pendant ce temps, les cours du pétrole brut poursuivaient mercredi leur plongeon, signe que les investisseurs ne tablaient plus sur une réduction du plafond.

Vers 10H40 GMT, le prix du Brent chutait ainsi de 1,88 dollar à 75,87 dollars le baril, tandis que le WTI, référence sur le marché américain, chutait de 1,59 dollars à 72,10 dollars, de nouveaux plus bas depuis quatre ans.

Le Venezuela, dont les finances sont exsangues et qui souffre particulièrement de l'effondrement des cours, mène ouvertement campagne en faveur d'une réduction de l'offre du cartel.

Le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Suhail al-Mazrouei, à la réunion de l'Opep à Vienne, le 27 novembre 2014 (AFP-Samuel Kubani)

Son ministre des Affaires étrangères, Rafael Ramirez, a ainsi indiqué avant le début de la réunion qu'il allait défendre une baisse de la production, et estimé l'excédent de brut sur le marché pétrolier à deux millions de barils par jour. Mais il s'est montré pessimiste sur l'adoption d'une telle mesure, se disant "préoccupé par cette réunion".

"Nous pensons qu'il faut faire quelque chose qui ait un effet à court terme sur le marché", a également plaidé le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh.

A l'inverse, son homologue des Emirats arabes unis, Suhail al-Mazrouei, a rejeté implicitement une réduction du plafond. "Je pense que le marché va se stabiliser", et "nous recherchons une stabilisation du marché à long terme, et non des mesures de court terme", a-t-il lancé.

"Le surapprovisionnement du marché ne vient pas seulement de l'Opep, et même si l'Opep réduisait un peu sa production, cela ne résorberait pas la surcapacité du marché", a renchéri le ministre du pétrole koweïtien, Ali al-Omair.

Le puissant ministre du Pétrole saoudien, Ali al-Nouaïmi, qui avait douché ces derniers jours les espoirs d'une baisse du plafond de production de l'Opep, n'a pour sa part fait aucune déclaration jeudi matin.

- Discussions avec la Russie -

Une baisse du plafond aiderait à réduire le surplus d'approvisionnement sur le marché pétrolier, actuellement en surcapacité du fait du bond de la production pétrolière américaine (avec l'extraction du pétrole de schiste, notamment), couplé au ralentissement économique en cours en Europe et en Chine, qui freine la consommation d'or noir.

Pétrole: l'OPEP n'arrive pas à stopper la baisse (AFP-J.M. Cornu/C. Mutto)

Le plafond de production est le principal outil de l'Opep pour réguler l'offre pétrolière mondiale.

Mais l'abaisser aurait l'inconvénient pour le cartel de faire perdre des parts de marché à ses membres au profit d'autres Etats producteurs, à moins que ces derniers ne consentent à appliquer des mesures similaires, ce qu'a esquissé très timidement la Russie mardi.

Plusieurs membres du cartel, dont le Venezuela et l'Iran, ont ainsi appelé à travailler avec les pays pétroliers hors Opep pour rééquilibrer le marché. Et une réunion inédite avec deux pays hors Opep, la Russie et du Mexique, s'est déroulée mardi à Vienne, sans résultat concret toutefois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.