Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Monde / Ukraine: législatives dans un pays en guerre, Porochenko se rend dans l'est

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Ukraine: législatives dans un pays en guerre, Porochenko se rend dans l'est

Kiev (AFP) Dimanche 26 Octobre 2014

Une Ukrainienne dépose son bulletin dans l'urne le 26 octobre 2014 à Kiev (AFP-Vasily Maximov)

L'Ukraine a commencé à voter dimanche pour des législatives anticipées qui devraient donner une forte majorité aux forces pro-occidentales, cruciale pour ramener la paix dans l'Est et consacrer l'orientation européenne de l'ex-république soviétique.

Le président Petro Porochenko s'est rendu dans l'Est séparatiste prorusse alors que le pays élit son nouveau Parlement, un scrutin boycotté dans les territoires contrôlés par les rebelles.

"Arrivé dans le Donbass", bassin minier qui comprend les régions rebelles de Donetsk et de Lougansk, a écrit le président sur son compte Twitter en y publiant une photo de lui à bord d'un hélicoptère, en tenue de camouflage.

"J'espère qu'après les élections la guerre se terminera", a souligné Valéri Antonenko, dans un bureau de vote du nord de Kiev, où se pressaient déjà une cinquantaine d'électeurs dès l'ouverture à 06H00 GMT.

"Je veux du changement: notre problème, c'est qu'en politique ce sont toujours les mêmes qui se partagent tout", a estimé de son côté Evguen, un informaticien de 27 ans.

Une Ukrainienne dépose son bulletin dans l'urne le 26 octobre 2014 à Minsk (AFP-Maxim Malinovsky)

Ces législatives anticipées ont été convoquées par le président Petro Porochenko, élu en mai dès le premier tour, pour tourner définitivement la page du régime du président prorusse Viktor Ianoukovitch, renversé par des mois de contestation pro-occidentale sur le Maïdan de Kiev.

Mais elles sont assombries par le conflit entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses dans le bassin minier du Donbass, qui a fait selon l'ONU plus de 3.700 morts depuis avril et contraint plus de 800.000 personnes à fuir leur foyer.

Environ cinq millions d'électeurs, sur 36 millions dans le pays, ne pourront pas voter dimanche, en Crimée, rattachée à la Russie en mars, et dans les zones contrôlées par les séparatistes dans l'Est. 27 sièges de députés resteront ainsi vides.

- Porochenko favori -

Le président Porochenko part grand favori, crédité, selon les sondages, d'environ 30% des voix.

Vote du leader populiste Oleg Liachko le 26 octobre 2014 à Kiev (AFP-Vasily Maximov)

Il devra probablement former une coalition avec une ou plusieurs formations pro-occidentales dont certaines, comme le Front populaire du Premier ministre Arseni Iatseniouk, sont favorables à une offensive plus décisive face aux séparatistes, appuyés selon Kiev et l'Otan par des troupes régulières russes.

En tête à l'issue des législatives de 2012, les anciens alliés de M. Ianoukovitch, représentés essentiellement dans les listes Ukraine Forte et Bloc d'Opposition, sont devancés et devraient n'être que très faiblement représentés. Les communistes pourraient disparaître de l'Assemblée.

Des sondages sortie des urnes doivent être publiées dès la fermeture des bureaux de vote à 18H00 GMT, avant la diffusion des résultats officiels au fil de la nuit. Ils donneront rapidement une idée des rapports de force dans l'opinion mais pas de la répartition des 450 sièges de la Verkhovna Rada (Parlement) en raison d'un mode de scrutin complexe.

Le président Petro Porochenko lors d'un discours télévisé le 25 octobre 2014 à Kiev (Service de presse présidentiel/AFP-Mykola Lazarenko )

La moitié des députés sont élus au scrutin proportionnel sur des listes nationales, l'autre moitié au scrutin majoritaire à un tour dans des circonscriptions.

La forte majorité pro-occidentale attendue -- une première depuis l'indépendance de l'ex-république soviétique -- devrait se traduire par l'arrivée de jeunes représentants de la société civile engagés dans la contestation du Maïdan, ainsi que de combattants de retour du front.

Le nouveau Parlement devra adopter des réformes radicales destinées à sortir l'Ukraine d'une profonde récession, aggravée par le conflit dans l'Est industriel, à lutter contre une corruption endémique et à la rapprocher de l'Union européenne, avec qui elle a récemment signé l'accord d'association rejeté l'an dernier par M. Ianoukovitch.

Il devra accentuer les douloureuses mesures de rigueur exigées par les bailleurs de fonds occidentaux de Kiev, notamment le FMI, pour sauver le pays de la faillite après le retrait du soutien financier russe. La situation est encore aggravée par le conflit gazier avec la Russie, qui prive l'Ukraine de gaz.

- Conflit qui s'enlise -

La tâche semble herculéenne face à un conflit très coûteux et destructeur, et qui s'enlise.

L'instauration d'un cessez-le-feu le 5 septembre a permis un apaisement de la confrontation entre forces ukrainiennes et insurgés prorusses dans l'Est du pays mais des points de tension persistent, notamment à l'aéroport de Donetsk.

Des membres de la commission électorale préparent le scrutin le 25 octobre 2014 dans un bureau de vote à Kiev (AFP-Anatolii Stepanov)

Les séparatistes ont refusé de participer aux législatives et prévoient de tenir leurs propres élections le 2 novembre.

Le chef de l’État a défendu samedi le fragile processus de paix engagé avec la participation de la Russie: "Aucune critique (...) ne m'empêchera de rechercher une issue pacifique".

"Nous devons voter, sinon rien ne changera", a assuré Valentina Pavlovna, retraitée, à Marioupol, port au sud de Donetsk près de la ligne de front, qui "regarde les informations tous les soirs la peur au ventre". Elle a voté pour le Bloc d'Opposition. "Au moins ils nous représenteront", a-t-elle expliqué.

A Kiev, les avis sont partagés entre les partisans d'une plus grande fermeté face aux rebelles et ceux affichent une certaine lassitude.

"J'espère que les nouvelles autorités leur donneront la liberté: s'ils ne sont pas bien avec nous, cela ne vaut pas le coup de les retenir au prix de la vie de milliers de nos gars", a soupiré Irina Mikhaliouk, 38 ans. "D'un autre côté, j'ai l'impression que la situation dans l'Est ne dépendra pas du nouveau Parlement mais de ce que veut Poutine".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.