Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Monde / USA: le drame de Ferguson attise la colère jusqu'à Londres

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

USA: le drame de Ferguson attise la colère jusqu'à Londres

Ferguson (Etats-Unis) (AFP) Mercredi 26 Novembre 2014

Policier et manifestant face à face le 26 novembre 2014 à Los Angeles après la relaxe d'un policier ayant abattu un jeune Noir à Ferguson, dans le Missouri début août (AFP-Ringo Chiu)

La tension restait palpable à Ferguson mercredi à la veille de Thanksgiving, fête familiale très respectée aux Etats-Unis, après la relaxe d'un policier responsable de la mort d'un jeune Noir qui a attisé la colère de manifestants à travers tout le pays et jusqu'à Londres.

"La vie des Noirs compte" ou "Hands up, don't shoot" (mains en l'air, ne tirez pas): des milliers de personnes ont manifesté mercredi à Londres devant l'ambassade des Etats-Unis, pour dénoncer l'absence de poursuites judiciaires contre le policier Darren Wilson, qui a abattu le 9 août un jeune Noir, Michael Brown, à Ferguson dans le Missouri (centre).

A l'occasion de Thanksgiving, une fête qui réunit les familles américaines chaque année le quatrième jeudi de novembre, les parents du jeune homme sont venus pour leur part mercredi à New York prier avec les familles de deux Noirs récemment tués par la police.

Carte de localisation de Ferguson aux Etats-Unis et des évènements liés à la mort de Michael Brown tué par un policier le 9 août 2014 (AFP-)

Ils ont rejoint l'épouse et la mère d'Eric Garner, un père de famille de 43 ans mort à Staten Island en juillet lors d'une interpellation musclée. Etait également présente la compagne d'Akai Gurley, un Noir de 28 ans tué par accident la semaine dernière dans la cage d'escalier obscure d'une HLM de Brooklyn, par un policier débutant.

A Saint-Louis, capitale du Missouri dont Ferguson est une banlieue, la police a dispersé des manifestants qui voulaient pénétrer dans la mairie et ont arrêté trois personnes, selon la presse locale.

Lesley McSpadden (d), la mère de Michael Brown, le jeune abattu par un policier à Ferguson dans le Missouri, prie durant une conférence de presse à New York le 26 novembre 2014 (AFP-Kena Betancur)

La neige tombait mercredi sur Ferguson et pourrait décourager les manifestants, dont le nombre près du commissariat de police était en début de soirée très inférieur à celui des militaires de la Garde nationale et des policiers, a constaté l'AFP.

Des hommes dans la journée avaient barricadé les fenêtres d'un garage de voitures situé non loin. "Ce matin je me suis réveillé et j'ai vu que toutes les fenêtres (du magasin) étaient cassées", a raconté John Adams, l'un des employés.

- Boycott -

La colère des habitants de Ferguson a été relayée mercredi par plusieurs célébrités, dont le magnat du hip-hop Russell Simmons, qui se sont jointes à un appel au boycott du "Black Friday", journée annuelle de soldes dans les magasins le lendemain de Thanksgiving.

L'actrice Kat Graham ("Vampire diaries"), qui compte plus de 2 millions d'adeptes sur Twitter, et le comédien Jesse Williams, de la populaire série télévisée "Grey's Anatomy", ont diffusé des images appelant à "ne pas dépenser un centime" (#notonedime).

La veille, des milliers de personnes avaient manifesté dans 170 villes des Etats-Unis pour réclamer justice pour Michael Brown, 24 heures après l'annonce de la décision d'un grand jury de ne pas poursuivre le policier qui l'avait abattu.

Photo fournie le 24 novembre 2014 par les autorités américaines du policier Darren Wilson (St. Louis County Prosecutor/AFP-Mladen Antonov)

Ces défilés ont été globalement pacifiques mais la police de Los Angeles a arrêté plus de 180 personnes qui avaient notamment bloqué une autoroute. Une dizaine de personnes ont aussi été arrêtées à New York.

Des rassemblements de cette ampleur sont un phénomène rare aux Etats-Unis. Ils dénotent la profondeur du traumatisme provoqué par la mort de Michael Brown et le sentiment que rien ne semble jamais changer.

Des manifestants avaient aussi défilé mardi à Cleveland après qu'un policier a abattu un garçon de 12 ans qui s'amusait avec une arme factice. Mercredi, une vidéo accablante montrait l'agent en train de tirer, alors qu'il se trouvait à moins de trois mètres du jeune Tamir Rice qui, comme Michael Brown, était Noir.

Un immeuble incendié, le 25 novembre 2014 à Ferguson (AFP-Michael B. Thomas)

Le président Barack Obama, qui a réitéré ses appels au calme, a reconnu que le problème dépassait largement Ferguson dans un pays où, "dans trop de régions, il existe une profonde défiance entre les forces de l'ordre et les communautés de couleur".

La colère des manifestants avait été encore attisée par les premières interviews données par le policier. Darren Wilson, qui affirme avoir été attaqué par la victime, dit avoir la "conscience tranquille" et avoir simplement fait son travail.

Sa version des faits a été dénoncée mercredi par les parents de la victime, qui l'accusent de salir la mémoire de leur fils.

"Tout d'abord, mon fils respectait les forces de police. Et ensuite, quelle personne saine d'esprit oserait se ruer sur un agent de police qui a son arme en main?", a martelé sur la chaîne NBC Michael Brown Sr. Sa mère Lesley McSpadden, contenant mal son émotion sur la chaîne CBS, s'est également insurgée: "Je n'en crois pas un mot. (...) Il n'aurait jamais fait ça".

Ferguson est restée relativement calme dans la nuit de mardi à mercredi, grâce au déploiement de quelque 2.200 militaires venus prêter main forte à la police locale, s'est félicité mercredi le gouverneur Jay Nixon.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.