Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / People / Les Etats-Unis demandent à Varsovie d'arrêter Polanski

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Les Etats-Unis demandent à Varsovie d'arrêter Polanski

Varsovie (AFP) Jeudi 30 Octobre 2014

Le cinéaste Roman Polanski, photographié le 16 décembre 2013 à Monaco, est toujours recherché par les Américains pour une affaire de moeurs datant de 1977 (AFP/Archives-Valéry Hache)

Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, recherché aux Etats-Unis pour une affaire de mœurs datant de 1977, a été entendu jeudi par un procureur de Cracovie et laissé en liberté, en attendant une demande d'extradition formelle qui a peu de chances d'aboutir.

Son interpellation a été demandée par la justice américaine mercredi soir.

La demande d'extradition n'étant pas encore parvenue aux autorités judiciaires polonaises, Polanski "est un homme libre et il est libre de voyager", a dit à l'AFP le porte-parole du parquet général Mateusz Martyniuk.

Sur le plan formel, toutefois, l'extradition de Polanski "reste possible", car la prescription, dont son acte - relations sexuelles illégales avec une mineure - bénéficie en Pologne, n'agit pas en cas de requête des Etats-Unis présentée en vertu d'un accord de coopération entre les deux pays, a précisé le porte-parole.

- Garanties suffisantes -

Le metteur en scène de "Chinatown" et du "Pianiste", qui s'est présenté jeudi dans la matinée au parquet de Cracovie, a donné des garanties suffisantes pour que son interpellation ne soit pas jugée nécessaire, selon le parquet.

Le cinéaste Roman Polanski pose avec son César, à Paris, le 28 février 2014 (AFP/Archives-Thomas Samson)

"Roman Polanski s'est engagé à se présenter à chaque demande du parquet et du tribunal et a indiqué son adresse", a déclaré M. Martyniuk. "C'est pour cette raison que le procureur a décidé qu'il n'était pas nécessaire de demander au tribunal de recourir au moyen de détention provisoire en attendant une éventuelle demande d'extradiction", a-t-il ajouté.

En Pologne, c'est un tribunal indépendant qui statue sur une demande d'extradition. S'il la refuse, l'affaire s'arrête là. S'il l'approuve, la décision finale d'extradition est prise par le ministre de la Justice.

Polanski, citoyen polonais et français âgé aujourd'hui de 81 ans, s'est rendu en Pologne pour assister à l'inauguration du Musée d'Histoire des Juifs de Pologne, mardi à Varsovie.

Né en 1933 à Paris de parents juifs polonais qui sont rentrés en Pologne deux ans avant le début du conflit mondial, Polanski est marqué par son enfance derrière le mur du ghetto de Cracovie.

Réalisateur surdoué, acteur, scénariste et producteur, il est l'auteur d'une quarantaine de films, dont "Cul de sac" (1966), "Le Bal des vampires" (1967),"Rosemary's Baby" (1968), "Chinatown" (1974), "Le locataire" (1976), "Tess"(1979) et "Le pianiste" (2002).

Il a reçu le César 2014 du meilleur réalisateur pour "La Vénus à la fourrure".

- L'Affaire Dreyfus -

On lui doit aussi la mise en scène d'une comédie musicale inspirée du "Bal des Vampires", donnée actuellement à Paris, après une tournée dans plusieurs pays et une longue escale à Broadway.

Roman Polanski salue le public après la représentation de la comédie musicale "le Bal des Vampires" qu'il a mise en scène, le 16 octobre 2014 au théâtre Mogador à Paris (AFP/Archives-Martin Bureau)

Infatigable, il prépare un film sur l'Affaire Dreyfus, dont une partie pourrait être tournée en Pologne. Polanski voit une ressemblance entre l'acharnement d'une partie des médias et des institutions contre le capitaine Alfred Dreyfus, Français d’origine alsacienne et de confession juive, accusé de trahison et finalement innocenté, avec ce qui lui est arrivé.

En 1977, en Californie, le réalisateur alors âgé de 43 ans avait été poursuivi pour avoir violé la jeune Samantha Geimer, âgée de 13 ans.

Après 42 jours de prison, puis sa libération sous caution, le cinéaste qui avait plaidé coupable de "rapports sexuels illégaux", s'était enfui des Etats-Unis avant le prononcé du verdict, craignant d'être lourdement condamné.

En 2009, toujours à la demande de la justice américaine, il avait été arrêté à Zurich, où il était allé recevoir un prix, puis assigné à résidence en Suisse pendant quelques mois, mais n'a pas été extradé.

Polanski est venu incognito en Pologne en 2011 sans être inquiété. Mais sa présence cette semaine ne pouvait rester secrète, son visage apparaissant à la télévision lors de l'inauguration du musée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.