Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Politique / Hollande arrivé en Auvergne, dans l'ombre de l'affaire Morelle

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Hollande arrivé en Auvergne, dans l'ombre de l'affaire Morelle

CLERMONT-FERRAND (AFP) Vendredi 18 Avril 2014

François Hollande, le 17 avril 2014 à l'Elysée (AFP-Patrick Kovarik)

François Hollande est arrivé vendredi à Clermont-Ferrand où il entend renouer le contact avec les Français après la gifle des municipales, une démarche que pourraient cependant perturber les accusations de conflit d'intérêts visant l'un de ses proches conseillers, Aquilino Morelle.

Le chef de l'Etat, qui a atterri peu avant 09h00 à l'aéroport de Clermont-Aulnat, est arrivé sur le site du géant français du pneumatique Michelin où il doit se faire présenter différentes innovations, visiter des sites de production et de recherche et participer à une table ronde sur l'avenir de la filière automobile française avant de déjeuner avec des salariés.

"Il s'agit pour le président de retrouver le terrain et de renouer le contact avec les Français à travers une entreprise française historique qui figure au cœur de notre patrimoine industriel", soulignait jeudi son entourage.

Mais jeudi également, le site d'information Mediapart a publié un long article accusant le conseiller politique du président, Aquilino Morelle, d'avoir "travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques" quand il était inspecteur général des affaires sociales et épinglant son train de vie à l'Elysée.

Sur sa page Facebook, Aquilino Morelle s'est défendu de tout "conflit d'intérêts" mais l'affaire a semé le trouble jusque dans l'entourage du président.

Aquilino Morelle quittant le siège de campagne de François Hollande, le 9 mai 2012 à Paris (AFP/Archives-Fred Dufour)

Vendredi matin, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déclaré sur i>TELE qu'il ne voyait pas comment M. Morelle "pourrait rester" conseiller du chef de l'Etat si les accusations de Mediapart étaient "vérifiées."

Quoi qu'il en soit, le président Hollande doit évoquer aussi à Clermont-Ferrand son pacte de responsabilité au cours d'un "échange libre avec les salariés", selon son entourage.

"L'idée est de reprendre un rythme soutenu et régulier de déplacements sur le terrain après deux mois d'interruption, du fait d'un agenda international surchargé et des élections municipales", a-t-on précisé encore de même source.

Ce déplacement intervient aussi alors que l'impopularité de François Hollande atteint un niveau sans précédent et contraste singulièrement avec la popularité de son nouveau Premier ministre, Manuel Valls.

Selon le baromètre mensuel Ifop-JDD, la cote de popularité du président, en chute de cinq points à 18% en avril, se situe 40 points derrière celle de Manuel Valls: un écart d'une ampleur inédite entre les deux têtes de l'exécutif sous la Ve République, hors périodes de cohabitation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.