Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Politique / Kader Arif, soupçonné de favoritisme, poussé à la démission

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Kader Arif, soupçonné de favoritisme, poussé à la démission

Paris (AFP) Vendredi 21 Novembre 2014

L'ancien secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants Kader Arif en discussion avec le Premier ministre Manuel Valls à Paris le 14 juillet 2014 (Pool/AFP/Archives-Etienne Laurent)

La liste des ministres limogés ou démissionnaires depuis le début du quinquennat de François hollande s'est encore allongée vendredi avec le départ du secrétaire d’État aux Anciens combattants Kader Arif, soupçonné de favoritisme dans l'attribution marchés publics.

M. Arif, 55 ans, un fidèle du président de la République, a rejoint la cohorte de ministres poussés à la démission depuis 2012 pour leur implication présumée dans des affaires, comme Jérôme Cahuzac ou Thomas Thévenoud, ou des désaccords politiques, à l'instar d'Arnaud Montebourg ou Delphine Batho.

Son départ intervient après l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des soupçons de favoritisme, dont auraient pu bénéficier deux sociétés dirigées par des membres de sa famille pour décrocher des marchés publics dans la région de Toulouse, sa terre d'élection.

M. Arif a été aussitôt remplacé par Jean-Marc Todeschini, sénateur PS de Moselle et ancien membre de cabinets dans ce secrétariat d’État.

Selon un communiqué de l’Élysée, M. Hollande "a remercié" vendredi matin le secrétaire d’État pour son "action accomplie au service du monde combattant depuis plus de deux ans".

Mais, d'après une source bien informée, l'entretien de M. Arif avec le chef de l’État vendredi matin s'est "très mal passé". M. Arif aurait notamment reproché à M. Hollande de "protéger ses amis", en évoquant le secrétaire général de l’Élysée, Jean-Pierre Jouyet, englué dans des déclarations contradictoires mettant en cause l'ex-Premier ministre François Fillon.

Le nouveau secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants Jean-Marc Todeschini à Gandrange le 20 mai 2008 (AFP/Archives-Johanna Leguerre)

L'enquête visant M. Arif a été ouverte à Toulouse en septembre, avec pour but de vérifier si deux sociétés successives d'organisation de spectacles, dirigées notamment par son frère, puis par ses neveux, ont pu bénéficier de favoritisme pour remporter deux marchés pluriannuels d'un montant de plusieurs millions d'euros avec la Région Midi-Pyrénées.

Jeudi, une source judiciaire a révélé qu'une perquisition avait été menée le 6 novembre dans un service du ministère de la Défense, dans le cadre de l'enquête préliminaire sur ces marchés publics attribués à ces proches de M. Arif.

Dans un communiqué à l'AFP, M. Arif a expliqué avoir démissionné "par respect pour la fonction ministérielle" et "par respect" pour les commémorations et le monde combattant dont il avait la charge. "Cette décision est aussi l’expression de ma loyauté totale au président de la République et au Premier ministre", a-t-il écrit.

- 'Ça commence à faire beaucoup' -

Figure importante du PS en Midi-Pyrénées, M. Arif avait dénoncé à l'automne, quand avaient été publiés de premiers articles sur cette affaire, des "amalgames et des insinuations".

En déplacement vendredi à Lens (Pas-de-Calais), le Premier ministre, Manuel Valls, s'est refusé à tout commentaire sur cette démission.

"Ça commence à faire beaucoup dans un même gouvernement", a de son côté dénoncé la présidente du Front national, Marine Le Pen. "M. (Jérôme) Cahuzac était proche du président, Aquilino Morelle était proche du président, ça fait beaucoup de proches du président", a-t-elle relevé, dénonçant "une déliquescence éthique et morale".

M. Cahuzac, ex-ministre du Budget, détenteur d'un compte en Suisse, avait ouvert le bal le 13 mars 2013, avec son retentissant limogeage après l'ouverture d'une information judiciaire pour des faits présumés de blanchiment et fraude fiscale.

Le député Thomas Thévenoud, à PAris le 30 octobre 2012, est le dernier membre du gouvernement en date à avoir été contraint à la démission (AFP/Archives-Thomas Samson)

Un an après, Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, soupçonnée d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine, a été écartée du premier gouvernement Valls.

Enfin, le 4 septembre, M. Thévenoud avait dû, neuf jours seulement après sa nomination au sein du gouvernement Valls II, quitter son poste de secrétaire d’État au Commerce extérieur pour s'être soustrait au fisc.

A cette liste s'ajoute la démission de M. Morelle, conseiller politique du président, le 18 avril, après sa mise en cause dans une affaire de conflits d'intérêts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.