Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Politique / Manchester: sécurité renforcée des événements culturels et sportifs en France

Manchester: sécurité renforcée des événements culturels et sportifs en France

Paris (AFP) Mardi 23 Mai 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb à Paris le 17 mai 2017 (AFP/Archives-FRANCOIS GUILLOT)

Des "consignes" ont été données aux organisateurs d'événements culturels et sportifs, nombreux à l'approche de l'été, pour assurer au mieux la sécurité du public, a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, au lendemain de l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts.

Une circulaire sera envoyée en début d'après-midi aux préfets pour qu'ils puissent assurer avec les organisateurs d'événements "la sécurité de celles et ceux qui viendront à ces manifestations", a indiqué le ministre dans une déclaration, répétant que "la menace est élevée" dans tous les pays d'Europe.

"Nos forces de sécurité sont mobilisées sur le territoire", notamment dans les aéroports, où une "sécurisation forte a été maintenue", a-t-il ajouté. "Je veux dire à nos concitoyens que tout est mis en oeuvre aujourd'hui pour les protéger".

A Paris, le préfet de police Michel Delpuech tiendra à 15H00 une "réunion de travail" avec les organisateurs de spectacles et concerts afin "d'évoquer avec eux les conditions de sécurisation de ces événements" ainsi que "les obligations de chacun pour assurer la sécurité des participants", a fait savoir la préfecture.

Gérard Collomb s'est exprimé au terme d'une réunion mardi matin avec les responsables des services de sécurité et de renseignement pour "faire un point sur la situation britannique" ainsi que sur "l'état de la menace sur le territoire national", selon le ministère. M. Collomb a indiqué qu'il en rendrait compte instamment au Premier ministre Edouard Philippe et au président Emmanuel Macron.

En France, frappée depuis 2015 par une série d'attentats, parfois de masse, qui ont fait 239 morts, une salle de concerts a déjà été prise pour cible par un commando de jihadistes: le Bataclan, à Paris, où 90 personnes ont perdu la vie le soir du 13 novembre 2015.

Depuis, une batterie de mesures a été adoptée par les pouvoirs publics pour accroître la sécurité des sites touristiques et culturels. De nombreux festivals et des salles de spectacle ont ainsi bénéficié d'une aide exceptionnelle de l'État pour faire face aux surcoûts engendrés par le renforcement de la sécurité, via un fonds d'urgence, créé après l'attentat du Bataclan.

Un guide de bonnes pratiques a également été publié en avril par les ministères de l'Intérieur et de la Culture. Il propose "une méthode, des fiches techniques, un questionnaire d'autoévaluation et des vade mecum" en "tenant compte des spécificités des manifestations culturelles".

Le plan d'urgence "tourisme et sécurité" de novembre 2016 prévoyait par ailleurs le déploiement de nouvelles caméras à Paris et en Ile-de-France à hauteur de 5 millions d'euros ainsi que de nouveaux investissements de sécurité dans 30 établissements culturels jugés prioritaires par le ministère de la Culture et de la Communication, à hauteur de 5 millions d'euros.

L'attentat commis lundi soir à l'issue d'un concert pop dans une salle de Manchester (Royaume-Uni) a fait 22 morts et 59 blessés, selon le dernier bilan communiqué mardi matin par la police britannique. Son auteur, un homme, est mort après avoir fait exploser un engin, a-t-elle précisé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.