Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Politique / Plan de 50 milliards: "désastre social et économique", prédit Dupont-Aignan

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Plan de 50 milliards: "désastre social et économique", prédit Dupont-Aignan

Paris (AFP) Dimanche 20 Avril 2014

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République (DLR), le 5 octobre 2013 à Paris (AFP/Archives-Kenzo Tribouillard)

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, a dénoncé dimanche sur France 3 "la violence inouïe" du plan d'économies de 50 milliards d'euros du gouvernement, qui va aboutir selon lui à "un désastre social et économique".

"Pour la première fois, les pensions des retraités vont diminuer puisqu'on les gèle sur un an et demi et qu'il y a de l'inflation. Donc c'est d'une violence inouïe, ce plan", a-t-il déclaré lors de l'émission "12/13 Dimanche".

"A quoi ça sert de faire des efforts qui vont aboutir à casser la croissance? C'est comme un régime, si on fait un régime trop brutal, mal fait, eh bien c'est un échec. Ca va aboutir à un désastre social et économique", redoute l'ancien candidat à la présidentielle de 2012.

"Ce sont des mesures stupides. 50 milliards d'économies en trois ans, si parallèlement il n'y a pas de mesure pour faciliter la vie des PME, pour protéger notre pays de la concurrence déloyale, pour faire baisser la valeur de l'euro", ça va "étrangler les Français, faire baisser le pouvoir d'achat et il n'y aura pas à la fin un emploi de plus", a ajouté le député-maire de Yerres (Essonne).

A ses yeux, "le plan d'économies du gouvernement a été dicté par Mme Merkel", la chancelière allemande, et "M. Barroso", président de la Commission européenne. "Il est contraire à l'intérêt national et il va aboutir au résultat qu'il y a eu en Grèce, c'est-à-dire un appauvrissement massif du peuple français et un chômage massif".

"Je le combattrai de toutes mes forces", a prévenu M. Dupont-Aignan, qui a par ailleurs jugé "débile" le pari de François Hollande de faire baisser le chômage d'ici 2017, faute de quoi il ne serait pas candidat à un second mandat présidentiel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.