Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Région Nord-Pas de Calais

Autre région

Votre région sélectionnée : Nord-Pas de Calais

Pour recevoir des informations régionales d'une autre région,
sélectionnez-là sur la carte ci-dessous :

FERMER
Auvergne Bourgogne Champagne Ardenne Lorraine Rhône-Alpes Franche-Comté Alsace Provence-Alpes-Côte d'Azur Languedoc Roussillon Limousin Centre Val De Loire Île-de-France Corse Midi-Pyrénées Poitou-Charentes Aquitaine Pays De La Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Picardie Nord-Pas de calais
Région sélectionnée : Nord-Pas de Calais
Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Bébé battu dont la photo a été diffusée sur Facebook: les parents écroués

Lille, 31 juil 2014 (AFP)

Les parents d'un bébé d'un mois, dont une photo avec des traces de coups a été publiée sur Facebook, ont été écroués mercredi soir, conformément aux réquisitions du parquet, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Laon.

Ce couple de la commune de Tergnier (Aisne), âgé d'une vingtaine d'années, avait été mis en examen pour "violences sur mineur de moins de 15 ans ayant entraîné une incapacité permanente", selon le parquet de Laon.

Le bébé, dont le pronostic vital n'est pas engagé, "aura probablement des séquelles d'ordre neurologique, sur l'étendue desquelles il est impossible de se prononcer à l'heure actuelle", avait ajouté le parquet.

Selon une source proche de l'enquête, la police a été alertée par téléphone lundi par une personne proche de ce couple de Tergnier (Aisne), qui a déclaré avoir vu sur la page Facebook d'un de ses contacts une image du bébé qui lui semblait "anormale".

Les policiers, après des vérifications, ont constaté que l'enfant semblait "mal en point" et ont convoqué la mère qui s'est présentée au commissariat avec le bébé dont l'état semblait encore plus grave que sur la photo, selon cette source. Le père a été interpellé plus tard lundi.

Devant les enquêteurs, il a reconnu les faits et expliqué qu'il frappait l'enfant le soir parce qu'il ne supportait pas ses cris, selon la même source, qui a indiqué que les faits incriminés se seraient produits depuis la naissance de l'enfant.

Lors de sa garde à vue, le père aurait expliqué avoir diffusé la photo sur Facebook pour s'amuser, a-t-on précisé de même source.

La mère a reconnu lors de sa garde à vue avoir "secoué" l'enfant, selon le parquet de Laon.

Une source proche de l'enquête a évoqué une situation de "misère sociale" à propos des jeunes parents, tous deux sans emploi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.