Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Région Nord-Pas de Calais

Autre région

Votre région sélectionnée : Nord-Pas de Calais

Pour recevoir des informations régionales d'une autre région,
sélectionnez-là sur la carte ci-dessous :

FERMER
Auvergne Bourgogne Champagne Ardenne Lorraine Rhône-Alpes Franche-Comté Alsace Provence-Alpes-Côte d'Azur Languedoc Roussillon Limousin Centre Val De Loire Île-de-France Corse Midi-Pyrénées Poitou-Charentes Aquitaine Pays De La Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Picardie Nord-Pas de calais
Région sélectionnée : Nord-Pas de Calais
Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Canal Seine-Nord Europe: le dossier remis à la Commission européenne pour le financement

Lens, 26 fév 2015 (AFP)

Des responsables gouvernementaux des transports de France, Wallonie et Flandre se sont réunis jeudi à Lens (Pas-de-Calais) pour acter la remise du dossier de financement du canal Seine-Nord Europe à la Commission européenne.

"L'engagement européen de financer jusqu'à 40% du projet du corridor Seine-Escaut est une chance à saisir", a déclaré Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, lors d'une conférence de presse organisée au Louvre-Lens en présence de représentants de la Commission.

Les régions belges de Wallonie et de Flandre étaient respectivement représentées par Maxime Prévot, vice-président et ministre wallon des Travaux publics, et Léo Clinckers, délégué par le ministre flamand des Travaux publics Ben Weyts.

"Le corridor Seine-Escaut assurera avec efficacité une liaison économique et à grand gabarit entre les bassins de l'Escaut, de la Seine et du nord de la France", a rappelé M. Vidalies, qui attend une réponse "en juin" de Bruxelles sur cette demande de financement.

Le coût du canal dans sa partie française est estimé à 4,7 milliards d'euros mais "l'enveloppe de l'ensemble est de 5,5 milliards d'euros", a précisé le ministre français, en comptant tous les "travaux annexes".

Ainsi, l'Union européenne apporterait 40% du budget, les collectivités locales et l'Etat 22% tandis que les 16% seraient financés par un emprunt, a-t-on appris de même source.

Le projet inclut non seulement la réalisation du canal Seine-Nord Europe, mais également les opérations d'accompagnement en amont et en aval du canal sur la Seine, l'Oise et dans le Nord/Pas de Calais.

L'objectif fixé est de débuter les travaux en 2017 pour une mise en service en 2023, avec de 12.000 à 14.000 emplois directs et indirects à la clef pour la construction de l'ouvrage.

Le secrétaire d'Etat a également rappelé l'enjeu économique et écologique de l'ouvrage, alors que le trafic autoroutier dans la région augmente.

"Ce projet constitue aussi une réponse essentielle à l'enjeu du développement durable pour les territoires traversés et contribuera à la politique de lutte contre le changement climatique porté par l'Europe", a assuré M. Vidalies, bien que les élus d'EELV aient manifesté depuis le début leur opposition à un projet qu'ils jugent inutile.

L'ouvrage doit permettre de relier à terme la Seine à l'Escaut, qui traverse Valenciennes, Gand et Anvers, par un canal à grand gabarit, d'où la dimension transfrontalière du projet, même si le coeur du chantier concerne 106 km entre l'Oise et le Nord.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.