Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Région Nord-Pas de Calais

Autre région

Votre région sélectionnée : Nord-Pas de Calais

Pour recevoir des informations régionales d'une autre région,
sélectionnez-là sur la carte ci-dessous :

FERMER
Auvergne Bourgogne Champagne Ardenne Lorraine Rhône-Alpes Franche-Comté Alsace Provence-Alpes-Côte d'Azur Languedoc Roussillon Limousin Centre Val De Loire Île-de-France Corse Midi-Pyrénées Poitou-Charentes Aquitaine Pays De La Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Picardie Nord-Pas de calais
Région sélectionnée : Nord-Pas de Calais
Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Nord/Picardie: des milliers de dossiers de retraites en souffrance

Lille, 17 sept 2014 (AFP)

Des milliers de nouveaux retraités du nord de la France sont dans l'impossibilité de toucher leur pension, a annoncé mercredi la Carsat (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail) Nord/Picardie, qui a annoncé des mesures exceptionnelles pour résorber ce phénomène.

Quelque 6.000 dossiers de demande subissent un retard dans leur traitement et de nombreuses personnes sont sans revenus ou presque, parfois depuis trois mois, voire davantage.

La moitié de ces dossiers, soit 3.000, précise la Carsat, ont été déposés tard, alors que le délai conseillé pour un dépôt est de quatre mois.

Pour les autres, le premier facteur invoqué est le "papy-boom", et l'augmentation mécanique de demandes qui en résulte, comme dans toute la France.

Plus spécifique à ces deux régions, le nombre de dossiers qui relèvent du dispositif "carrière longue", qui permet à ceux qui ont commencé à travailler plus tôt de partir à la retraite à 60 ans.

Il est "plus important en pourcentage que dans les autres régions", selon Elizabeth Bagault, secrétaire régionale CFDT chargée du suivi de la protection sociale.

Dans cette partie de la France, où l'agriculture et l'industrie ont tenu historiquement une place importante dans l'économie, beaucoup de gens ont travaillé très tôt, dès l'âge de 16 ans, selon Mme Bagault, qui évoque "une sous-estimation" du nombre de ces personnes.

Pour tenter de résorber ce retard et de mettre fin à ce "contexte de tension sur les demandes de retraites", selon son directeur, la Carsat a notamment annoncé qu'elle allait fermer toutes ses agences et points d'accueil du 1er au 17 octobre. Ses agents pourront ainsi se concentrer exclusivement sur le traitement des dossiers.

"Nos 300 techniciens retraites vont être exclusivement concentrés sur l'instruction et le contrôle des droits", a déclaré à la presse Henri-Pierre Radondy, directeur général de la Carsat Nord/Picardie.

Grâce à cette mesure, ainsi qu'à des heures supplémentaires, il espère retrouver "une situation à peu près normale d'ici à la fin de l'année".

Ce phénomène, en partie saisonnier, n'est pas nouveau. La Carsat avait déjà recensé quelque 6.000 dossiers en retard en septembre 2013, selon Mme Bagault.

Le nombre de néo-retraités avait ainsi augmenté de 25% de 2012 à 2013, avant de connaître une nouvelle hausse de 27% l'année suivante, selon M. Radondy.

Le défenseur des Droits, à l'époque Dominique Baudis, avait d'ailleurs été saisi. Il avait demandé en janvier 2014 au directeur de la Cnav (Caisse nationale d'assurance vieillesse), de prendre "toutes les dispositions nécessaires" pour un retour à la normale et, à défaut, de prévoir dispositif de versement d'avance pour les assurés les plus vulnérables. Demandes non suivies d'effet.

Pour le monde associatif, le phénomène est plus criant que jamais : "J'ai vu arriver des travailleurs parce qu'ils ont des salaires trop bas et maintenant, je vois arriver des retraités parce qu'ils ne touchent pas leur dû", déplore ainsi Patricia Duvieubourg, présidente de la Conférence Saint-Vincent de Paul de Guines (Pas-de-Calais).

"Je n'ai pas pu payer mes impôts, ce qui engendre bien sûr des frais, on ne peut plus payer son électricité, on ne peut plus rien faire", dit Jacqueline, veuve du Pas-de-Calais, qui a eu, pour sa part, des problèmes avec la pension de réversion de son défunt mari. Sa situation a été réglée après de longs mois.

Le phénomène pourrait se répéter dès la fin 2015 : "Nous aurons sans doute encore un pic d'activité, mais je pense qu'on le passera sans trop de difficultés", a assuré M. Radondy, qui compte compte notamment sur les services en ligne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.