Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Région Nord-Pas de Calais

Autre région

Votre région sélectionnée : Nord-Pas de Calais

Pour recevoir des informations régionales d'une autre région,
sélectionnez-là sur la carte ci-dessous :

FERMER
Auvergne Bourgogne Champagne Ardenne Lorraine Rhône-Alpes Franche-Comté Alsace Provence-Alpes-Côte d'Azur Languedoc Roussillon Limousin Centre Val De Loire Île-de-France Corse Midi-Pyrénées Poitou-Charentes Aquitaine Pays De La Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Picardie Nord-Pas de calais
Région sélectionnée : Nord-Pas de Calais
Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Pas-de-Calais: le père de famille qui s'accuse de la mort de son fils déféré

Lille, 29 sept 2014 (AFP)

Le père de famille qui s'accuse de la mort de son fils de 11 ans, poignardé dans la nuit de samedi à dimanche à Noyelles-lès-Vermelles (Pas-de-Calais), devait être déféré dans la soirée devant un juge, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Béthune.

"La difficulté ne tient pas tant à la matérialité des faits, qui parait relativement claire, qu'à la motivation que l'on a encore du mal à appréhender", a déclaré le procureur de la République Philippe Peyroux, qui évoque une affaire "atypique".

Le parquet a saisi le juge d'instruction du chef d'assassinat sur mineur de 15 ans et requis une mise sous mandat de dépôt.

Un expert psychiatre s'était entretenu au préalable avec le suspect lundi matin afin de déterminer s'il était, au premier abord, responsable de ses actes, ou s'il relevait du placement immédiat en hôpital psychiatrique.

L'homme de 43 ans avait appelé la police un peu après minuit dimanche, revendiquant la mort de son fils, poignardé au domicile familial.

Les premiers examens du corps avaient permis de décompter neuf coups de couteau portés au niveau du thorax, dont deux dans la région du coeur.

Les premiers éléments de l'enquête montrent que le père s'occupait "plutôt bien" de son fils, qu'il élevait seul depuis longtemps. L'enfant était bon élève et les deux partageaient des activités. "Ils avaient apparemment une existence tout à fait normale, sans difficulté particulière", a rapporté M. Peyroux.

"C'est la raison pour laquelle on a du mal à comprendre pourquoi il s'est retourné avec cette violence sur son enfant", a-t-il ajouté.

"Il a l'air de dire qu'il entendait, à l'occasion, des voix depuis une quinzaine de jours", a poursuivi le procureur. Il semble que l'homme ait souhaité passer une dernière soirée avec son fils en l'emmenant dans un restaurant "pour lui faire plaisir, tout en sachant que ce serait sa dernière soirée", laissant entrevoir une préméditation.

Le parquet a également requis une expertise approfondie, vraisemblablement par un collège d'experts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.