Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Région Nord-Pas de Calais

Autre région

Votre région sélectionnée : Nord-Pas de Calais

Pour recevoir des informations régionales d'une autre région,
sélectionnez-là sur la carte ci-dessous :

FERMER
Auvergne Bourgogne Champagne Ardenne Lorraine Rhône-Alpes Franche-Comté Alsace Provence-Alpes-Côte d'Azur Languedoc Roussillon Limousin Centre Val De Loire Île-de-France Corse Midi-Pyrénées Poitou-Charentes Aquitaine Pays De La Loire Bretagne Basse-Normandie Haute-Normandie Picardie Nord-Pas de calais
Région sélectionnée : Nord-Pas de Calais
Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Six ans ferme requis contre les deux frères jugés pour la mort de leur beau-père

Lille, 28 mai 2015 (AFP)

L'avocat général a requis jeudi devant la cour d'assises de l'Oise six ans de prison ferme contre les deux jeunes frères qui avaient battu à mort leur beau-père en réponse à des violences sur leur mère, a-t-on appris auprès d'un avocat.

Le 30 juin 2009, Julien et Jérémy, alors âgés d'une vingtaine d'années, avaient, à la suite d'un appel des gendarmes les alertant sur des violences commises contre leur mère à Orgeval (Yvelines), emmené leur beau-père dans un utilitaire et, en rase campagne, l'avaient roué de coups avant de prendre la fuite.

Les deux frères, poursuivis pour "coups suivis de mort sans intention de la donner", encourent 20 ans de réclusion criminelle. Le délibéré devrait intervenir dans la soirée.

Le procès, qui a lieu depuis mardi à Beauvais, a notamment été l'occasion de revenir sur le moment, crucial en vue du jugement, où les deux frères disent avoir été conseillés par les deux gendarmes qui ont extrait leur mère de son domicile, d'"infliger une correction" au beau-père, en le tapant au ventre pour ne pas laisser de traces.

Mercredi, les deux gendarmes concernés ont catégoriquement nié avoir prodigué de telles recommandations. Mais les avocats de la défense les ont poussés à reconnaître leur erreur d'avoir laissé les frères se charger de l'évacuation du beau-père du domicile de la mère, sans le placer en garde à vue.

Des témoins ont également raconté au cours du procès comment le plus jeune des deux frères, Julien, s'était retrouvé dès l'âge de 12 ans seul chez sa mère, alcoolique chronique et encline à se trouver des compagnons violents.

Julien lui-même a reconnu que le soir des faits, il était excédé de devoir s'occuper une fois encore des problèmes de sa mère, alors qu'il avait tourné la page en s'installant avec sa compagne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.