Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Santé / Guinée: 109 cas confirmés de fièvre Ebola, 61 décès

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Guinée: 109 cas confirmés de fièvre Ebola, 61 décès

Conakry (AFP) Samedi 19 Avril 2014

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 (AFP/Archives-Cellou Binani)

La Guinée, en proie à une épidémie de fièvre hémorragique, a enregistré depuis janvier "109 cas confirmés dont 61 décès" dus au virus Ebola, selon l'examen pratiqué en laboratoire, a annoncé le gouvernement guinéen dans un communiqué diffusé samedi.

"Suite à l'examen des dossiers des cas suspects d'Ebola enregistrés en Guinée du mois de janvier à avril 2014 par les experts scientifiques nationaux et internationaux (...), il a été établi une nouvelle nomenclature de présentation basée sur la confirmation des cas par les tests biologiques. En effet, les analyses biologiques pouvant désormais être réalisées rapidement, les bilans ne prennent plus en compte que les cas confirmés", a expliqué dans ce communiqué le porte-parole du gouvernement, le ministre Damantang Albert Camara.

"Selon cette nomenclature, la situation des cas d'Ebola confirmés à la date du 17 avril 2014" donne pour l'ensemble du pays "109 cas confirmés dont 61 décès", a-t-il affirmé.

Parmi les zones les plus affectées, figurent la préfecture de Guéckédou (sud) avec 34 décès sur 58 cas confirmés, et Conakry, la capitale, avec 15 décès sur 36 cas confirmés.

Jeudi, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait fait état pour la Guinée de 101 cas de fièvre Ebola (incluant 56 décès) confirmés par des analyses en laboratoire.

Ces 101 cas d'Ebola font partie d'un total 197 cas de fièvre hémorragique (dont 122 mortels) enregistrés depuis janvier, avait indiqué l'OMS, ajoutant que les analyses se poursuivaient.

Mais jusqu'à samedi, aucune indication n'était disponible sur le type de virus à l'origine de cas testés négatifs à l'Ebola.

Ce virus s'est propagé au Liberia voisin où, selon le gouvernement six cas ont été confirmés en laboratoire. Pour ce pays, le bilan est de 27 cas de fièvre hémorragique dont 13 décès.

Il n'existe aucun traitement ou vaccin contre la fièvre Ebola, qui nécessite d'isoler les malades pour limiter la propagation du virus.

L'Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés, qu'il s'agisse d'hommes ou d'animaux, vivants ou morts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.