Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Santé / Hôpitaux parisiens: légère aggravation du déficit en 2014

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Hôpitaux parisiens: légère aggravation du déficit en 2014

Paris (AFP) Jeudi 05 Mars 2015

Photo prise le 03 juillet 2010 à Paris de la façade du siège de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) (AFP/Archives-Francois Guillot)

Le déficit des établissements de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) s'est légèrement aggravé en 2014 par rapport à l'année précédente, s'établissant autour de 10 millions d'euros, a indiqué jeudi l'AP-HP, qui maintient cependant son cap de retour à l'équilibre d'ici à 2016.

"Le déficit, tous comptes confondus, devrait être proche de la prévision initiale, autour de -10 millions d'euros, pour un budget de près de 7 milliards d'euros", a indiqué dans un communiqué l'institution, qui regroupe 37 hôpitaux.

En 2013, ce déficit s'était avéré bien moins élevé que prévu, s'établissant à 8 millions d'euros, loin des 20 millions sur lesquels tablait l'AP-HP dans ses prévisions précédentes.

"Le résultat comptable pour 2014 de l'AP-HP sera légèrement meilleur que prévu, confortant ainsi la trajectoire de retour à l'équilibre prévu pour 2016", précise le communiqué.

Le compte principal, qui correspond aux activités de soins, soit l'essentiel des budgets, devrait ainsi "clore en déficit de -49 millions d'euros", après un déficit de 61 millions en 2013. Les autres activités (Ehpad, écoles, patrimoine...) disposent de leur propre compte.

Dans un contexte global de réductions des dépenses de santé, l'AP-HP a enregistré une augmentation de son activité de 1,2% en "hospitalisation complète" et de 3,5% en "hospitalisation partielle", "illustrant la dynamique de la chirurgie ambulatoire et de l'hospitalisation de jour".

Malgré la "très légère baisse" (-0,13%) des tarifs, la croissance de l'activité a ainsi entraîné une augmentation de 2,56% des recettes de séjours.

Mais la prise en charge des patients couverts par l'aide médicale d'état (AME) "a subi une baisse de prix dont l'impact est de 11 millions d'euros" pour l'AP-HP, tandis que le prix des traitements anti-viraux, en particulier celui des traitements contre l'hépatite C, a pesé sur les finances.

"Les charges sont restées maîtrisées", notamment avec une "augmentation contenue de la masse salariale (+2,01% hors internes").

La dette de l’AP-HP a diminué en 2014 pour s’établir à 2,115 milliards d'euros (contre 2,238 milliards en 2013. Soit un taux d’endettement d'environ 30% des produits (31,2% en 2013).

"Ces résultats, conformes aux prévisions et aux engagements de l'AP-HP, concrétisent les efforts réalisés par l'ensemble des établissements et des équipes", se félicite l'institution.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.