Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Santé / La RD Congo autorise des tests de vaccin anti-Ebola

La RD Congo autorise des tests de vaccin anti-Ebola

Kinshasa (AFP) Lundi 29 Mai 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Des agents sanitaires revêtus d'une combinaison de protection désinfectent des toilettes dans un centre de traitement contre le virus Ebola, le 5 octobre 2014 à Lokolia, en RDC (AFP/Archives-KATHY KATAYI)

Le gouvernement congolais a autorisé des tests de vaccin contre le virus d'Ebola en République démocratique du Congo où une épidémie s'est déclarée dans une région du nord-est, a-t-on appris lundi de source gouvernementale.

"La RDC accepte l'utilisation des vaccins contre le virus d'Ebola. Depuis quelques jours, le gouvernement a donné un avis de non-objection qui autorise que des vaccins pour combattre le virus Ebola soient administrés sur le territoire congolais", a déclaré à l'AFP un responsable du ministère de la Santé congolais.

"Nous attendons des partenaires un plan opérationnel qui déterminera ce qu'il faut faire concrètement, dans quelles aires géographiques on pourrait vacciner", a-t-il ajouté sous couvert d'anonymat, indiquant qu'"une décision définitive sur la mise en oeuvre sortira dans les 24 heures, après concertations".

Alors qu'il n'existe aucun vaccin homologué, l'OMS a annoncé le 18 mai, sept jours après la déclaration de l'épidémie de virus Ebola par les autorités, qu'il existait un vaccin prometteur dont les stocks pourraient être acheminés en quelques jours en RDC.

Le 19 mai, des chercheurs ont annoncé la découverte aux États-Unis d'un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola.

Les autorités congolaises ont affirmé le 12 mai que le pays faisait face à sa huitième épidémie d'Ebola depuis la découverte de ce virus sur son sol en 1976. La maladie a été détectée dans une zone isolée du Bas-Uélé, à environ 1.300 km au nord-est de Kinshasa. Jusqu'à présent, deux cas ont été confirmés en laboratoire. 18 autres sont suspects, selon l'OMS.

La fièvre hémorragique provoquée par ce virus est hautement contagieuse et la durée d'incubation du virus Ebola est de 21 jours.

Au total, trois personnes sont mortes. Il s'agit de la première flambée d'Ebola depuis la terrible épidémie qui avait frappé l'Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11.300 morts sur quelque 29.000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.