Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Santé / Les parents d'un grand prématuré refusent l'acharnement thérapeutique

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Les parents d'un grand prématuré refusent l'acharnement thérapeutique

Poitiers (AFP) Mardi 16 Septembre 2014

Infirmières et docteur autour d'un prématuré, dans un centre hospitalier, le 4 décembre 2013 (AFP-Philippe Huguen)

Les parents d'un bébé grand prématuré, soigné par le CHU de Poitiers, réclament de mettre fin aux soins prodigués à leur enfant et attendent une décision d'un groupe d’éthique sollicité par l'équipe de néonatologie, a-t-on appris mardi auprès du couple.

"Depuis plus d’une semaine, on a pris cette décision. Qui veut une vie de handicap pour son fils ? S'il y a des familles qui le souhaitent, nous, nous ne le souhaitons pas", a témoigné auprès d'un correspondant de l'AFP le couple de trentenaires originaire de Charente-Maritime, près de Saintes, qui souhaite alerter l'opinion sur cette question.

"On ne nous assurera jamais qu'il pourra vivre par la suite. Nous savons qu'il a de graves séquelles, mais ils veulent le maintenir en vie. On l'a vu pleurer, il s'agite et on nous dit +Ne vous inquiétez pas, il ne souffre pas+. C'est très difficile", ont ajouté les parents.

Le petit garçon, prénommé Titouan, est né le 31 août, près de quatre mois avant la date du terme. A sa naissance, il ne pesait que 900 grammes, mais surtout, selon les parents, le bébé a fait une hémorragie interne cérébrale et il est impossible pour les médecins, pour l'instant, de prédire le degré de son handicap.

"Il faut toujours prendre du recul pour savoir quelle est la situation de l'enfant. Nous ne sommes pas dans un acharnement, mais dans un accompagnement le temps de l'évaluation, pour être certains d'apporter les meilleures informations possibles", a réagi le Professeur Fabrice Pierre, du service gynécologie-obstétrique du CHU de Poitiers, sur France Bleu.

"Pour être sûr de pouvoir appréhender le type de séquelles, on ne peut pas le faire de façon précipitée. Il faut quelques semaines pour l'évaluer", a-t-il ajouté.

Face à la demande répétée des parents, l'équipe de néonatalogie du CHU de Poitiers a sollicité l'avis d’un groupe d'éthique de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.