Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Santé / Lombalgies aiguës: le paracétamol ne fait pas mieux que le placebo contre la douleur

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Lombalgies aiguës: le paracétamol ne fait pas mieux que le placebo contre la douleur

Paris (France) (AFP) Jeudi 24 Juillet 2014

Le paracétamol ne fait pas mieux que le placebo contre la douleur du lumbago, selon une étude (AFP/Archives-Philippe Huguen)

Le paracétamol ne fait pas mieux que le placebo contre la douleur du lumbago, selon une étude sur plus 1.600 patients atteints de douleurs lombaires aiguës.

Les patients sous placebo, un produit totalement inactif, ont même récupéré plus vite, avec un délai médian d'un jour, que ceux qui avaient reçu le médicament antidouleur, pourtant recommandé comme traitement de première ligne pour ce "mal au bas du dos" courant, écrivent les auteurs, jeudi dans la revue médicale The Lancet.

Ces "résultats suggèrent que le paracétamol n'affecte en rien le temps du rétablissement d'une lombalgie commune aiguë" et "l'approbation universelle de paracétamol dans ce groupe de patients pose question", estime l'équipe australienne qui a réalisé l'étude.

Le paracétamol n'a également eu aucun effet sur la douleur, le handicap, la fonction, le changement global des symptômes, le sommeil ou la qualité de vie.

Les douleurs lombalgiques constituent la principale cause d'invalidité dans le monde, et le paracétamol est "universellement" recommandé comme traitement de premier choix, selon The Lancet.

L'étude, baptisée "PACE", a regroupé 1.652 individus de 235 centres de soins primaires de Sydney (Australie), répartis par tirage au sort en trois groupes, suivis trois mois. Le premier groupe a reçu des doses régulières de paracétamol (3 fois par jour pouvant être pris jusqu'à 4 semaines), le deuxième en prenait si besoin (dose maximale 4g/jour) et le dernier a eu des comprimés de placebo.

Au bout de sept jours consécutifs sans (zéro) ou quasiment plus (1) de douleur (l'intensité douloureuse étant mesurée sur une échelle de 0 à 10), le rétablissement était considéré comme acquis.

Le temps médian de récupération a été de 17 jours pour les deux premiers groupes et de 16 jours pour le groupe placebo.

Tous les patients ont reçu des conseils de qualité, du réconfort et ont été rassurés sur le pronostic favorable de leur mal de dos; autant d'éléments qui, suggèrent les résultats de l'étude, peuvent être plus importants dans la gestion de cette douleur que le traitement médicamenteux.

Dans un commentaire dans la revue, le Dr Bart Koes et sa collègue Wendy Enthoven (Erasmus MC University Medical Center à Rotterdam) félicite l'équipe "pour s'être attaquée" à cette question de recherche sur un sujet qui est resté depuis aussi longtemps sans preuve et sans débat. Mais, les recommandations ne peuvent être changées sur la base d'un seul essai, notent-ils.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.