Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Science / Découverte d'un fossile de chauve-souris géante en Nouvelle-Zélande

Découverte d'un fossile de chauve-souris géante en Nouvelle-Zélande

Wellington (AFP) Jeudi 11 Janvier 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Photo non datée fournie le 11 janvier 2018 par Te Papa Museum montre des scientifiques sur le site de fouilles de St Bathans, en Nouvelle-Zélande (TE PAPA MUSEUM/AFP-ALAN TENNYSON)

Les restes fossilisés d'une chauve-souris fouisseuse qui vivait il y a des millions d'années ont été retrouvés en Nouvelle-Zélande, a annoncé jeudi une équipe internationale de scientifiques.

Ils appartiennent à une "super famille de chauve-souris qui vivait jadis sur les territoires méridionaux d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Amérique du Sud et peut-être de l'Antarctique", a déclaré Sue Hand, de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud, auteure de l'étude.

Les dents et les os de l'animal, qui vivait il y a 16 à 19 millions d'années, ont été découverts près de St Bathans, au centre de l'Ile-du-Sud de la Nouvelle-Zélande, sur un site dans lequel travaillent les chercheurs depuis 16 ans.

L'animal faisait trois fois la taille d'une chauve-souris contemporaine et pesait 40 grammes, estiment-ils dans cette étude publiée par le journal Scientific Reports.

Cette chauve-souris est particulière car elle volait mais elle parcourait aussi le sol à quatre pattes, fouissant la couverture végétale à la recherche de nourriture.

Ses "dents spécialisées et sa grande taille suggèrent qu'elle avait un régime différent, qu'elle était capable de manger des végétaux mais aussi de petits vertébrés, un régime qui ressemble plus à celui de certaines de ses cousines sud-américaines. On ne voit pas cela aujourd'hui chez les chauve-souris d'Australasie", ajoute Mme Hand.

Photo non datée fournie le 11 janvier 2018 par Te Papa Museum montre des scientifiques sur le site de fouilles de St Bathans, en Nouvelle-Zélande (TE PAPA MUSEUM/AFP-ALAN TENNYSON)

L'animal a été baptisé Vulcanops jennyworthyae, du nom de Jenny Worthy, la scientifique qui a retrouvé le fossile et Vulcain, dieu romain des volcans et du feu, en référence au caractère tectonique de la Nouvelle-Zélande.

"L'animal étrange figure parmi les fossiles les plus bizarres qu'on ait trouvés", a déclaré Alan Tennyson, membre néo-zélandais de l'équipe qui compte aussi des scientifiques australien, britannique et américain.

"Cette nouvelle chauve-souris est apparentée à la chauve-souris à queue courte de Nouvelle-Zélande, à des espèces australiennes disparues et aux vampires américains, ce qui suggère que les chauves-souris vivant au sol étaient auparavant plus répandues", a-t-il ajouté.

D'autres animaux disparus ont été retrouvés sur le site de St Bathans comme des espèces de sphénodon (reptiles), de moas (oiseaux non volants), des grenouilles, des perroquets, des pigeons, des tortues ou des crocodiles.

Il y a environ 500 millions d'années, les territoires d'Australie, de Nouvelle-Zélande, d'Amérique du Sud et de l'Antarctique étaient reliés, derniers vestiges du supercontinent Gondwana. Lorsque Gondwana s'est fragmenté, le rafraîchissement du climat et la formation de glace dans l'Antarctique ont fait que les chauves-souris fouisseuses d'Australasie se sont séparées de leurs soeurs sud-américaines, d'après les chercheurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.