Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Société / L'Australie pourrait supprimer une "taxe tampon" jugée sexiste

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

L'Australie pourrait supprimer une "taxe tampon" jugée sexiste

Sydney (AFP) Mardi 26 Mai 2015

Le ministre australien des Finances Joe Hockey le 19 juillet 2014 (POOL/AFP/Archives-Nikki Short)

L'Australie pourrait bientôt supprimer une taxe dite "taxe tampon" sur certains produits d'hygiène féminine, jugée sexiste, a annoncé mardi le ministre des Finances, Joe Hockey.

Lorsqu'en 2000 Canberra a instauré une TVA de 10%, les produits d'hygiène tels que les préservatifs ou les crèmes solaires en ont été exonérés, à l'instar de la plupart des denrées alimentaires.

Mais, en dépit des récriminations, les tampons et d'autres produits d'hygiène féminins y sont soumis.

Subeta Vimalarajah, une étudiante indignée par l'iniquité de la contribution obligatoire, a lancé une pétition en ligne intitulée "Arrêtez de taxer mes règles!" qui a réuni 93.500 signatures.

Elle y dénonce un impôt "sexiste, et fondamentalement injuste".

"Les gens qui ont leurs règles n'achètent pas des tampons et des serviettes hygiéniques pas plaisir, alors pourquoi faut-il payer 10% en plus toutes les trois ou quatre semaines?", a protesté l'étudiante.

Le ministre des Finances a indiqué lundi soir qu'il "devrait probablement" réexaminer la pertinence de la taxe.

Il a toutefois précisé que toute modification de l'assiette devait recevoir l'aval du gouvernement fédéral et des gouvernements territoriaux, qui bénéficient de ses recettes.

"Je vais évoquer la question lors de la réunion en juillet des ministres des Finances des différents Etats", a-t-il dit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.