Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Société / Macron lance la campagne hivernale des Restos du Coeur

Macron lance la campagne hivernale des Restos du Coeur

Paris (AFP) Mardi 21 Novembre 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Emmanuel Macron visite un centre des Restos du Coeur, à Paris, le 21 novembre 2017 (POOL/AFP-Ian LANGSDON)

Les Restos du Coeur prévoient de distribuer "un petit peu plus de repas" cette année au cours de sa 33e campagne hivernale, dont le coup d'envoi a été donné mardi à Paris par Emmanuel Macron.

Entre 136 et 140 millions de repas, contre 135,8 millions l'an dernier, vont être distribués par les 2.085 centres et antennes de l'association créée par Coluche en 1985, a annoncé son président Patrice Blanc.

Cette aide sera apportée par les 71.000 bénévoles des Restos, dont M. Macron a salué le travail en se rendant dans le centre de la Grange-aux-Belles, dans le Xe arrondissement de Paris.

"Ce que vous faites au quotidien, donner du temps et du coeur, est essentiel, vous faites vivre une très belle idée", a déclaré le président en remerciant les 40 bénévoles du centre et les partenaires économiques des Restos.

Des stocks de nourriture dans un centre des Restos du Coeur, à Paris, le 21 novembre 2017 (POOL/AFP-Ian LANGSDON)

Pendant plus d'une heure, il s'est fait expliquer le fonctionnement de ce centre où se sont déjà inscrites 210 familles pour l'hiver, soit environ 600 personnes, selon Elodie Lemarquis, sa responsable.

"Malheureusement, on est obligés de rationner les gens", car "on n'a pas assez de dons, surtout pour la petite enfance: des poussettes, des produits de puériculture, des biberons...", a-t-elle expliqué.

Accompagné par les ministres de la Santé Agnès Buzyn et de l'Agriculture Stéphane Travers, M. Macron est le premier président à lancer une campagne des Restos: "Un message très positif" qui "veut dire qu'il est préoccupé par le maintien de la cohésion sociale dans notre pays", a déclaré M. Blanc à l'AFP. "Mais c'est aussi le message que pour les Français, l'action des Restos est quelque chose d'important et mérite d'être saluée par l'ensemble des responsables politiques".

M. Blanc lui a demandé de "défendre à Bruxelles le renouvellement du budget du Fond européen d'assistance aux démunis (FEAD)" qui arrive à échéance en 2020. Or "il représente le quart des produits alimentaires que l'on distribue et ce serait catastrophique s'il n'était pas renouvelé".

Les dons et legs représentent la moitié des ressources des Restos, a-t-il ajouté, en se félicitant de voir que "la solidarité ne faiblit pas" et que les "Français restent généreux".

Emmanuel Macron devant un centre des Restos du Coeur, le 21 novembre 2017 à Paris (POOL/AFP-Ian LANGSDON)

Selon M. Blanc, les bénéficiaires des Restos sont "prioritairement les mamans avec enfants", mais aussi "de plus en plus de jeunes, notamment des étudiants", ainsi que des retraités, particulièrement "en milieu rural". L'an dernier, 882.000 personnes ont été aidées par les Restos, dont 31.000 bébés de moins de 12 mois.

"La pauvreté maintenant en France, surtout à Paris, vous la voyez en bas de chez vous: il n'y a pas besoin de faire des actions humanitaires à l'autre bout du monde", a témoigné Loan Tran, bénévole depuis quatre ans aux Restos.

Interpellé par des habitants à la sortie du centre, M. Macron a défendu sa politique du droit d'asile "à la fois généreuse et responsable". "La France est un pays généreux, mais elle ne peut pas accueillir toute la misère du monde, comme disait Michel Rocard", l'ancien Premier ministre socialiste. "Je ne peux pas tenir un discours démagogiquement dangereux" sur ce sujet, a ajouté M. Macron.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.