Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / Ligue des Champions: Chelsea prend l'Atletico à son propre jeu et le neutralise

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Ligue des Champions: Chelsea prend l'Atletico à son propre jeu et le neutralise

Madrid (AFP) Mardi 22 Avril 2014

L'attaquant de Chelsea Fernando Torres (g) face au défenseur de l'Atletico Madrid, Joao Miranda, en demi-finale aller de Ligue des Champions, le 22 avril 2014 à Madrid (AFP-Gérard Julien)

L'Atletico, meilleure défense d'Espagne, s'est heurté mardi contre Chelsea à une arrière-garde tout aussi hermétique, concédant un match nul 0-0 à Madrid en une demi-finale aller de Ligue des Champions qui laisse tous les scénarios ouverts avant le match retour mercredi prochain.

Il y a eu des tacles, de l'engagement, de la stratégie, mais de jeu, très peu. La faute à un Chelsea déterminé à attendre, fort de la défense la plus imperméable du Championnat d'Angleterre et de la perspective d'un match retour dans son antre de Stamford Bridge.

Du coup, pour sa première demi-finale de C1 depuis 40 ans, l'"Atleti" a été contraint de jouer contre-nature, c'est-à-dire en ayant la possession du ballon.

Et malgré une louable volonté d'enflammer le match et plusieurs occasions claires en fin de rencontre, on a le net sentiment que les Madrilènes ont laissé les Londoniens repartir avec ce qu'ils étaient venus chercher: un nul sans but.

Dans cette optique, José Mourinho avait choisi d'aligner trois milieux défensifs: David Luiz, Frank Lampard et John Obi Mikel.

Contraint par l'enjeu et poussé par son public, c'est l'Atletico qui a tenté de faire le jeu en première période. Mais, privés d'espaces, les "Colchoneros" n'ont eu d'autre choix que de recourir aux frappes lointaines (2, 34, 45+1), aux grands ballons aériens et aux coups de pied arrêtés.

C'est d'ailleurs sur une phase statique que Koke a généré la meilleure occasion de l'"Atleti" en première période, enroulant un corner direct sous la barre du gardien Petr Cech, contraint à une claquette.

- Cech puis Terry sortent sur blessure -

Le milieu de terrain et capitaine de l'Atletico Madrid Gabi (c) face aux joueurs de Chelsea, en demi-finale aller de Ligue des Champions, le 22 avril 2014 à Madrid (AFP-Curto De La Torre)

Mais, coup dur pour Chelsea, le portier s'est blessé en retombant sur une épaule et c'est le vétéran Mark Schwarzer (41 ans) qui a été contraint de prendre sa place (18).

Ca n'a pas changé grand-chose au scénario du match. Il a fallu près d'une demi-heure pour voir les Blues frapper au but, avec un tir trop enlevé de Ramires en contre-attaque (28).

Les hommes de José Mourinho ont d'ailleurs souvent semblé jouer la montre, restant au sol après les chocs et tardant sur les remises en jeu.

L'attaquant Fernando Torres, de retour au stade Vicente-Calderon sept ans après avoir quitté son club de coeur, était de toute façon trop isolé en pointe. Et le gardien Thibaut Courtois n'a quasiment rien eu à faire.

Après la pause, le scénario n'a pas bougé d'un iota. On a certes eu droit à une frappe de Lampard bien captée par Courtois (48), une autre de Torres également stoppée (59), ainsi que deux bonnes tentatives de Diego (55, 60) pour les Madrilènes.

Mais l'enchaînement des fautes et des temps morts continuait, jusqu'à la sortie du capitaine des Blues John Terry, à son tour touché (73), puis le carton jaune adressé au capitaine "rojiblanco" Gabi, supendu au match retour.

L'Atletico a bien tenté d'accélérer dans les dernières minutes mais il a manqué de justesse dans la finition (79, 84). Et le résultat est resté vierge.

Bilan: l'Atletico est toujours la seule équipe invaincue en Ligue des Champions cette saison, mais si elle veut jouer sa première finale de C1 depuis 1974, il lui faudra trouver la clé du cadenas londonien la semaine prochaine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2014 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.