Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / Ligue des champions: PSG, Bayern Munich, même combat ?

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Ligue des champions: PSG, Bayern Munich, même combat ?

Paris (AFP) Mardi 21 Avril 2015

Les joueurs du PSG écoutent leur entraîneur Laurent Blanc, le 20 avril 2015 au Camp Nou (AFP-Josep Lago)

Le PSG et le Bayern Munich ont tous deux perdu leur quart de finale aller de la Ligue des champions sur le même score (3-1) et jouent gros au retour mardi à Barcelone et en Bavière face à Porto (20h45).

Le PSG savait dès le tirage au sort que la mission serait difficile face au Barça et son trio infernal Messi-Neymar-Suarez. La déroute est en revanche plus surprenante pour les Munichois, même si une infirmerie pleine à craquer est un des facteurs d'explication.

Il n'en demeure pas moins que les deux entraîneurs, à Paris et à Munich, s'apprêtent à vivre des fins de saison plus ou moins délicates en cas d'élimination mardi soir.

Contractuellement, Laurent Blanc est en poste à Paris jusqu'au printemps 2016. Mais dans un club repris par les Qataris au printemps 2011, qui ont dépensé presque un demi-milliard d'euros en transferts depuis cette date, Blanc avait pour mission de faire mieux que la saison précédente en Ligue des champions, soit s'extirper des quarts de finale. Un bilan sera sans doute tiré pour lui à la fin de la saison. Pour l'heure, le PSG a seulement gagné la Coupe de la Ligue, est en finale de la Coupe de France et à égalité avec Lyon au sommet de la L1.

Tableau des quarts de finale retour de la Ligue des champions (AFP-J.M. Cornu/P. Defosseux)

Contrairement au PSG, le Bayern a pratiquement le titre national en poche. Mais Pep Guardiola sait aussi sur quel banc il est assis: "Je sais dans quel club je suis, que ce n'est pas suffisant d'être champion et vainqueur de la Coupe. Que seul le triplé (avec une victoire en C1) compte pour des grands clubs comme Barcelone, le Real Madrid ou le Bayern". Sans oublier que la finale de la Ligue des champions est cette saison en Allemagne, à Berlin, le 6 juin.

- Suarez poli -

L'entraîneur du Bayern Munich Pep Guardiola en conférence de presse, le 20 avril 2015 à Munich (AFP-Christof Stache)

Ce qui ne veut pas dire qu'il sera écarté en cas de sortie en quarts -- "Mon avenir est le suivant: être encore là l'an prochain" a-t-il confié lundi -- mais qu'un vent de critiques par rapport à ses prédécesseurs pourrait bien souffler. Jupp Heynckes avait ainsi signé le fameux triplé en 2013.

"Pep" devra encore se passer de blessés de poids, comme Franck Ribéry et Arjen Robben. Et gérer les remous en interne nés de la démission du médecin historique Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, mis en cause par le coach pour l'échec au Portugal.

A Porto, évidemment, les souvenirs de la finale de C1 remportée en 2004 (sous les commandes d'un certain José Mourinho) refont surface.

Le défenseur du PSG Thiago Silva face à l'attaquant du FC Barcelone Luis Suarez en quart de finale aller de la Ligue des champions, au Parc des Princes le 15 avril 2015 (AFP/Archives-Franck Fife)

Comme Guardiola, Blanc doit composer avec les blessures. Ses deux Thiago, Silva en défense et Motta au milieu de terrain, ont déclaré forfait. Les bonnes nouvelles sont que le PSG retrouve Zlatan Ibrahimovic et Marco Verratti, suspendus au match aller. Mais l'écart a semblé si grand au match aller au Parc des Princes...

"On sait que le résultat joue en notre faveur mais rien n'est joué, surtout contre un rival aussi fort que le PSG. Le plus risqué, c'est l'excès de confiance, croire que c'est fini", a poliment déclaré Luis Suarez lundi. C'est pourtant lui qui s'est bien amusé à Paris avec deux petits ponts sur David Luiz.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 AFP Agence France-Presse.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.