Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / Monaco: Rybolovlev inculpé pour complicité d'atteinte à la vie privée

Monaco: Rybolovlev inculpé pour complicité d'atteinte à la vie privée

Monaco (AFP) Jeudi 19 Octobre 2017

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris Parler de cet article à un ami
Partager sur Facebook

Le milliardaire russe et président du club de foot de l'AS Monaco Dimitri Rybolovlev quitte le tribunal, le 19 octobre 2017 à Monaco (AFP-Valery HACHE)

Le milliardaire russe et président du club de foot de l'AS Monaco Dmitry Rybolovlev, 51 ans, a été inculpé jeudi à Monaco pour "complicité d'atteinte à la vie privée", en marge du litige qui l'oppose au marchand d'art suisse Yves Bouvier, a-t-on appris de source judiciaire.

"Il a été inculpé pour complicité d'atteinte à la vie privée dans le cadre de la plainte déposée par Tania Rappo", une amie bulgare qui avait présenté M. Bouvier à M. Rybolovlev en 2003, a-t-on indiqué de source judiciaire.

A la fin de son audition, M. Rybolovlev, vêtu d'un polo bleu à manches longues, a quitté le palais de justice de Monaco avec ses avocats ou collaborateurs, en s'engouffrant rapidement dans un van noir aux vitres teintées, sans faire de déclaration, a constaté un photographe de l'AFP.

C'est la première fois que M. Rybolovlev, surnommé dans la presse le "tsar de Monaco" depuis qu'il a pris les rênes du club en 2011, est mis en cause par la justice de la Principauté. Jusqu'à présent, l'oligarque n'avait que le statut de victime dans la retentissante affaire d'escroquerie dont il accuse M. Bouvier depuis 2015.

Son audition jeudi par le juge Edouard Levrault n'a duré que quelques minutes, a précisé le procureur général de Monaco Jacques Dorémieux à l'AFP: "Contrairement à l'inculpation en droit français, on se contente (en droit monégasque) de notifier les charges et la personne ne fait pas de déclaration. Donc, c'est une formalité procédurale, il n'y a pas d'interrogatoire et c'est renvoyé à une autre date pour être entendu sur le fond".

Lors d'un dîner au domicile monégasque du président de l'AS Monaco Dmitry Rybolovlev le 23 février 2015, l'avocate du Russe, Me Tetiana Bersheda avait réalisé un enregistrement de la soirée, transmis ensuite à la police monégasque assorti d'une retranscription et de commentaires.

Mme Rappo, objet de l'enregistrement, avait été interpellée deux jours plus tard par la police monégasque, puis avait porté plainte pour atteinte à sa vie privée.

Pourquoi le Russe est-il inculpé maintenant alors que l'enregistrement était aux mains de la justice monégasque depuis 2015 et que Mme Bersheda a été inculpée dès 2016 pour atteinte à la vie privée? "Les enregistrements du téléphone de Mme Bersheda ont été exploités à l'été 2017, ce qui a changé la configuration", répond M. Dorémieux.

"Il n'y a pas de lien avec l'enquête contre X pour trafic d'influence" déclenchée le 22 septembre par le parquet après la mise en cause dans la presse de hauts fonctionnaires de police et de l'ex-garde des Sceaux Philippe Narmino, soupçonnés d'avoir manqué de probité et servi les intérêts du Russe, a-t-il aussi souligné.

En revanche, c'est bien l'exploitation du téléphone de Tetiana Bersheda qui a tout déclenché. Des SMS révélés dans la presse ont fait apparaître une connivence supposée entre l'entourage du milliardaire et des hauts fonctionnaires monégasques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.