Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / Mondial-2018: Neymar entre show et froid, Messi tremble

Mondial-2018: Neymar entre show et froid, Messi tremble

Sotchi (Russie) (AFP) Vendredi 22 Juin 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

La star du Brésil Neymar Jr est congratulée par ses coéquipiers après son but contre le Costa Rica, dans le groupe E du Mondial à Saint-Pétersbourg, le 22 juin 2018 (AFP-Giuseppe CACACE)

Un penalty refusé pour simulation, un carton jaune, un but, des larmes: Neymar est passé par tous les états mais son Brésil s'est rapproché des 8es de finale. L'Argentine de Lionel Messi attend elle fébrilement Nigeria-Islande, dont le résultat pourrait compliquer encore plus sa situation.

La Seleçao s'est imposée 2 à 0, avec un but libérateur de Philippe Coutinho dans les arrêts de jeu avec celui de "Ney" et le Costa Rica est donc éliminé.

. "Ney" diva et divin, merci Coutinho...

Les photographes se sont régalés. Neymar a d'abord enfoui son visage dans son maillot après avoir raté une belle occasion. Puis l'arbitre, en visionnant les images grâce à la VAR, lui a refusé un penalty pour une simulation grossière qui va sans doute faire les délices des réseaux sociaux.

Feuille de match et statistiques du match Brésil - Costa Rica comptant pour la 2e journée du groupe E du Mondial-2018 (AFP-Sophie RAMIS)

Furieux d'une autre décision arbitrale, le joueur le plus cher du monde (222 M EUR) a ensuite tapé du poing dans un ballon, récoltant un jaune. On a pu lire aussi sur ses lèvres un beau "fils de p..." lâché à la cantonade.

Heureusement, Philippe Coutinho a relâché la pression qui pesait sur les épaules du joueur du PSG en ouvrant le score dans les arrêts de jeu (90e+1). C'est son deuxième but du tournoi. Et "Ney" a ensuite enfin trouvé le chemin des filets, pour ouvrir son compteur personnel (90e+7). Après toutes ces émotions, il a fini en pleurs, à genoux, sur la pelouse. Les photographes peuvent diffuser un beau portfolio rien qu'avec lui.

Son sélectionneur Tite s'est également illustré d'une belle roulade, en costume sur la pelouse, sur le but de Coutinho. On ne s'ennuie jamais avec les Brésiliens.

Ils prennent en tout cas provisoirement la tête du groupe E avec 4 points, devant la Serbie (3 points) qui joue plus tard contre la Suisse (1 point).

- Xhaka, duel intime contre la Serbie -

Côté Suisse, la force n'est pas individuelle, c'est une expression collective. Mais la presse helvétique s'est tout de même attachée à décortiquer la performance contre les Brésiliens de Granit Xhaka, jugée décevante.

Le milieu suisse Granit Xhaka lors d'un entraînement avec sa sélection à Kaliningrad, le 21 juin 2018, à la veille du match contre la Serbie (AFP-OZAN KOSE)

Le milieu d'Arsenal, pourtant précieux par son intelligence de jeu, a l'occasion de faire taire les voix dissonantes contre les Serbes, dans un match intimement particulier pour lui qui a des racines kosovares.

A Kaliningrad, sur les rives de la mer Baltique, la Serbie sera qualifiée en cas de succès, ce qui serait une première pour elle en tant que nation indépendante.

Pour la Nati, un match nul ne serait pas une si mauvaise opération avant d'affronter le Costa Rica, d'ores et déjà éliminé avec zéro point.

"Ce sera compliqué pour nous. Mais nous allons tout tenter pour remporter le match car c'est très important pour la suite", a souligné le défenseur suisse Fabian Schär.

- Messi tremble -

Dans le groupe D, l'Islande peut confirmer son excellent départ avec un duel contre le Nigeria, menacé d'être sorti dès son deuxième match après les éliminations précoces d'autres équipes africaines comme l'Egypte et le Maroc.

Mais un succès des "Vikings" ne serait pas bon non plus pour Lionel Messi et l'Argentine: la Croatie, déjà qualifiée avec 6 points, l'Islande avec une victoire aurait 4 points et l'Argentine resterait à 1 point... L'Albiceleste serait plus que jamais au bord de l'élimination.

Lionel Messi dépîté à l'issue de la défaite de l'Argentine devant la Croatie à Nijni Novgorod, le 21 juin 2018 (AFP-Dimitar DILKOFF)

L'humiliation subie jeudi soir face à la Croatie (3-0) fait toujours grand bruit sur la planète foot.

En Argentine, évidemment, la presse tire à boulets rouges. Olé titre "La Casa de Papelón", référence à la série de Netflix "La Casa de Papel", avec Papelón qui veut dire "ridicule".

"Ils ont brisé notre âme", poursuit le journal. "En interne, tous se sentaient éliminés. Durant le retour au camp de base, il y avait comme un air de fin de cycle".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.