Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Environnement / L'Est du Canada craint des inondations record, l'armée en renfort

L'Est du Canada craint des inondations record, l'armée en renfort

Montréal (AFP) Dimanche 21 Avril 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Des habitants protègent une église contre la montée des eaux à l'aide de sacs de sable et de film plastique, le 20 avril 2019 à Gatineau, au Québec (AFP-Lars Hagberg)

L'Est du Canada, notamment la province du Québec, était en alerte maximale samedi et l'armée a commencé à déployer des renforts alors que plusieurs rivières ont commencé à déborder, les autorités craignant dans les prochains jours des inondations catastrophiques comme en 2017.

Les inondations printanières ont fait une première victime samedi dans la commune québécoise Pontiac (ouest d'Ottawa): une septuagénaire, qui roulait de nuit, n'a pas vu qu'un petit pont situé sur la route avait été emporté par les eaux, et est tombée avec son véhicule dans le cours d'eau en contrebas, a annoncé la mairesse de la commune.

Les pluies abondantes des derniers jours, ajoutées au ruissellement de la fonte des neiges sur l'ensemble du réseau hydrographique, ont gonflé les eaux de dizaines de rivières de l'ouest de l'Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick, plus à l'est.

Les autorités estiment que le pic de la crue pourrait être atteint dès dimanche dans la région de Montréal, et lundi ou mardi plus à l'est. Le gros des précipitations était passé samedi soir mais la nette hausse des températures attendue à partir de dimanche au Québec devrait accélérer la fonte des neiges, selon les services météorologiques.

L'armée, appelée en renfort à la demande de la ministre québécoise de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, devrait déployer 600 hommes sur le terrain d'ici dimanche midi. Ils se répartiront entre la région de Gatineau près d'Ottawa et celle de Trois-Rivières, entre Montréal et Québec, a annoncé une porte-parole en fin de journée.

"Les choses s'organisent", s'est félicitée Mme Guilbault lors d'un point de presse. "Les tâches principales auxquelles on va s'affairer, c'est la distribution, l'installation de sacs de sable près des propriétés, près des commerces, l'érection de digues, la protection des bâtiments".

Un autobus dans une rue inondée le 20 avril 2019 à Gatineau, au Québec (AFP-Lars Hagberg)

Plusieurs communes ont déclaré l'état d'urgence, notamment dans la région de l'Outaouais près de la capitale Ottawa, dans certains quartiers de Montréal ou à Laval au nord de Montréal, à Trois-Rivières, dans la région de Québec et au Nouveau-Brunswick.

Depuis plusieurs jours, de nombreuses municipalités ont mobilisé des volontaires et distribué des dizaines de milliers de sacs de sable pour ériger des digues ou protéger des habitations dans les zones particulièrement menacées.

Les autorités locales et la ministre québécoise de la Sécurité publique ont multiplié ces derniers jours les appels à la prudence.

"En matière de sécurité, les gens doivent faire preuve d’extrême prudence, d'extrême vigilance", a souligné Mme Guilbault samedi. "On sait ce qui vient dans les prochaines heures alors ne prenez aucun risque, suivez les conseils de vos autorités locales", notamment les consignes d'évacuation.

L'est du Canada avait connu au printemps 2017 ses pires inondations en un demi-siècle. Elles avaient entraîné d'importants dégâts et l'évacuation de plusieurs milliers de personnes de l'Ontario au Nouveau-Brunswick.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.