Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Environnement / Le patron de l'ONU inquiet de fuites radioactives d'un dôme sur un atoll du Pacifique

Le patron de l'ONU inquiet de fuites radioactives d'un dôme sur un atoll du Pacifique

Suva (Fidji) (AFP) Jeudi 16 Mai 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Un dôme de béton sur l'île de Runit, photographié en 1980 (US DEFENCE NUCLEAR AGENCY/FILES/AFP/Archives-Giff Johnson)

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a fait état jeudi d'inquiétudes quant à de possibles fuites de matériaux radioactifs d'un cratère coiffé d'un dôme de béton sur un îlot de l'archipel des Marshall qui renferme les résidus de 12 années d'essais nucléaires américains dans le Pacifique.

Dans un discours devant des étudiants des Fidji, M. Guterres a présenté la structure construite sur l'île de Runit, qui appartient à l'atoll d'Enewetak, comme un "cercueil" hérité de la Guerre froide.

"Le Pacifique a été une victime par le passé, comme nous le savons tous", a rappelé le patron de l'ONU.

Entre 1946 et 1996, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont effectué des centaines d'essais nucléaires sur des îles du Pacifique.

Dans le Pacifique central, les Américains ont réalisé plus de 100 essais, dont 67 entre 1946 et 1958 sur les atolls de Bikini et d'Enewetak, dans les Marshall, situées à mi-chemin entre l'Australie et l'Etat américain d'Hawaï.

Parmi ces tests, figure celui de la bombe à hydrogène "Bravo" en 1954, la bombe H la plus puissante jamais détonée par les Etats-Unis, d'une puissance 1.000 fois supérieure à celle larguée sur Hiroshima.

M. Guterres, dont la tournée dans le Pacifique Sud est principalement consacrée au réchauffement climatique, a indiqué que les insulaires de la région avaient besoin d'aide pour faire face aux conséquences des essais nucléaires.

"Ces conséquences ont été dramatiques, pour ce qui est de la santé, de l'empoisonnement de l'eau dans certais endroits", a-t-il souligné.

"J'étais avec la présidente des Îles Marshall (Hilda Heine) qui est très inquiète du risque de fuite de matières radioactives qui sont contenues dans une espèce de cercueil dans la zone", a expliqué le chef de l'ONU.

Ce cercueil est en fait le cratère de l'explosion de la bombe nucléaire Cactus sur l'île de Runit en mai 1958 dans lequel furent enfouis des années plus tard les déchets contaminés de dizaines d'autres tests. Il fut recouvert en 1979 d'un dôme de béton de 45 centimètres d'épaisseur.

Cette solution de stockage ne devait être initialement que temporaire. Et pour des raisons de coûts, le fond du cratère ne fut pas isolé avec une couche de béton, d'où les craintes de lessivage des matières radioactives.

Après quatre décennies d'exposition aux éléments, des fissures sont également apparues sur le dôme lui-même.

La structure est en outre menacée par la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique.

M. Guterres n'a pas offert de solution immédiate au problème du dôme de lîle Runit, mais il a estimé qu'"il y a beaucoup à faire à la suite des explosions qui ont eu lieu en Polynésie française et dans les îles Marshall", évoquant la question des compensations.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.