Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Faits divers / La jeune femme retrouvée ligotée dans son coffre est morte asphyxiée

La jeune femme retrouvée ligotée dans son coffre est morte asphyxiée

Créteil (AFP) Mercredi 15 Mai 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

La jeune femme retrouvée pieds et poings liés dans le coffre de sa voiture à Valenton (Val-de-Marne) dimanche soir est morte asphyxiée selon l'autopsie (AFP/Archives-DENIS CHARLET)

La jeune femme retrouvée pieds et poings liés dans le coffre de sa voiture à Valenton (Val-de-Marne) dimanche soir est morte asphyxiée selon l'autopsie, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Créteil.

Elle a probablement été étranglée ou étouffée, ce que devrait déterminer des examens complémentaires en cours, a précisé une source proche du dossier. "Il semblerait aux vues de ces premiers examens qu'il n'y a pas eu d'agression sexuelle", a précisé cette source.

Dans le cadre de son stage de master, l'étudiante de 23 ans démarchait des supermarchés en région parisienne. Jeudi matin, elle s'était rendue en voiture en Essonne.

Vers midi, elle était repartie en direction de Créteil, où elle habite et, sur le chemin, avait envoyé des messages à ses proches, selon les déclarations de ces derniers aux enquêteurs de la brigade criminelle de Paris, rapporte une source proche du dossier.

Ils ont ensuite cessé d'avoir des nouvelles, et ont rapidement signalé la disparition à la police de cette jeune fille, d'après eux, "sans histoires".

En tentant de retrouver sa trace dans les jours qui ont suivi, les proches sont tombés dimanche soir sur la voiture de la jeune fille, garée à Valenton, où elle n'avait a priori pas de raison d'être. La voiture, verrouillée, était "anormalement propre", et le siège conducteur étrangement reculé vu la petite taille de la jeune femme.

Ils préviennent la police, qui découvrira dans le coffre le corps de la jeune femme, bâillonnée, pieds et poings liés à l'adhésif.

Elle était habillée, sans traces de coups, précise la source proche du dossier, selon qui les enquêteurs ne privilégient pour l'instant aucune piste.

Les premières investigations ont permis de monter que son téléphone - qui n'a pas été retrouvé - avait borné à Quincy-sous-Sénart (Essonne), plus à l'est du département que la route qu'elle aurait dû emprunter.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.